SNCF : le climat social se détériore jusqu'à l'irréparable parfois

Les cheminots ont manifesté mardi 4 juin à Paris contre la réforme de la SNCF et l'ambiance qui s'est dégradée au sein de l'entreprise. Les parents d'un cheminot qui s'est suicidé témoignent.

France 3

Il y a un an, Julien Pieraut, 26 ans, s'est couché sur les rails alors qu'il se rendait au travail. "Il a attendu qu'un train arrive et quand il a vu un train arriver, il s'est mis face contre terre", confient son père et sa belle-mère. Le jeune cheminot était technicien au centre de la SNCF de Bobigny depuis 2012. Durant six ans, il a fait des allers-retours entre la Seine-Saint-Denis et son domicile dans l'Aisne. Trois heures de transport par jour malgré plusieurs demandes de logement ou de mutation, vaines selon sa famille.

38% des salariés se sentent bien

Pour ses proches, il n'y a aucun doute. Le jeune homme s'est suicidé à cause de sa situation professionnelle. Ils envisagent de porter plainte contre la SNCF. Depuis 2015, six suicides ont été reconnus par la caisse de retraite des cheminots. Ouverture à la concurrence, réforme de l'entreprise, échec de la grève perlée du printemps 2018, pour les syndicats, le climat à la SNCF ne cesse de se dégrader. Seuls 38% des salariés de la compagnie se sentent bien, selon Great Place To Work, bien moins que l'ensemble des salariés français (46%). La direction va mettre en place un observatoire de la transformation pour accompagner ses salariés.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une vue des TER en gare de Hazebrouck (Nord), le 20 février 2018.
Une vue des TER en gare de Hazebrouck (Nord), le 20 février 2018. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)