SNCF : Jean Castex s'engage pour la rénovation des petites lignes

Le gouvernement compte participer à la régénération de 9 200 km de petites lignes, avec l'aide des régions.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
L'inauguration de la réouverture de la ligne ferroviaire Epinal - Saint-Dié-des-Vosges en présence du Premier ministre Jean Castex, le 12 décembre 2021. (MAXPPP)

"C'est un investissement d'avenir", se félicite Jean Castex. Le Premier ministre a promis dimanche 12 décembre la remise en état "partout" des petites lignes ferroviaires, en inaugurant la voie ferrée reliant Epinal et Saint-Dié-des-Vosges, qui était fermée depuis trois ans pour cause de vétusté. "C'est du concret, c'est du réel !", s'est exclamé le chef du gouvernement devant la gare de Saint-Dié, avant le départ du train.

Il a rappelé être "un grand amateur de trains et passionné de choses ferroviaires", a déploré les "décennies pendant lesquelles l'Etat (...) considérait que ces lignes de desserte du monde rural, ça coûtait très cher quand même". Et de rappeler que le sous-investissement a forcé les trains à ralentir, faisant fuir les passagers, etc. Le gouvernement entend participer avec les régions à la régénération de 9 200 km de petites lignes. "C'est un mouvement de grande ampleur. Nous le faisons partout parce que nous y croyons", a-t-il déclaré.

"Engagement tenu"

"Nous dépensons de l'argent dans le ferroviaire", a-t-il insisté, promettant "un retour sur investissement" pour la collectivité. Il a aussi souligné la nécessité d'avoir "une politique globale" des infrastructures, estimant que la construction d'axes routiers pouvait aussi être parfois nécessaire. Longue de 49 km, la ligne à voie unique reliant Arques, près d'Epinal, à Saint-Dié était fermée depuis décembre 2018, pour des raisons de sécurité dues à son piètre état — vétusté des voies et risque d'effondrement de deux tunnels.

Cette fermeture avait mis le président Emmanuel Macron en colère, car il s'était engagé à la maintenir quelques mois plus tôt lors d'un déplacement à Saint-Dié. Sa réouverture est donc devenue un projet d'ampleur nationale, les 21 millions d'euros de travaux nécessaires étant pris en charge à 40% par l'Etat et 60% par la région Grand Est. "Engagement pris, engagement tenu", a lancé Jean Castex.

La ligne était fort peu utilisée et ultradéficitaire avant sa fermeture, pourtant les fréquences vont être renforcées, avec des liaisons directes jusqu'à Strasbourg. Elle va faire partie des liaisons ouvertes à la concurrence par le conseil régional, y compris pour l'infrastructure. Jean Castex a d'ailleurs indiqué qu'il donnait son feu vert à une expérimentation permettant au Grand Est de payer moins de péages à SNCF Réseau pour faire circuler ses TER, en échange d'investissements sur le réseau.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers SNCF

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.