SNCF : embouteillages devant les portiques anti-fraude

En gare, des portiques anti-fraude ont fait leur apparition. Ce système est accusé de créer des embouteilles sur les quais.

FRANCE 2

À Paris, Lille (Nord), Lyon (Rhône) ou Marseille (Bouches-du-Rhône), les portiques anti-fraude se multiplient dans les gares. Au total, 14 villes sont équipées de ce système. "Ça ne marche pas", "ça bloque tout le temps", sur les quais, la grogne monte. À 15h30 garde de Lyon (Paris), devant la porte d'embarquement, les vacanciers sont bloqués. Il faudra trois minutes à un voyageur pour passer de l'autre côté. Ces portiques sont pourtant prévus pour 25 personnes à la minute.

Faire des économies ?

L'utilité de ce dispositif est également pointée du doigt par les associations, car les bagages ne sont pas contrôlés. Pour la SNCF, ce système permet de réduire les violences envers les contrôleurs et la fraude. Mais pour les syndicats, les portes d'embarquement ont été mises en place uniquement pour faire des économies. D'ici 2021, trois nouvelles gares vont être équipées de ces portiques : Le Mans (Sarthe), Paris-Charles de Gaulle et Montpellier (Hérault).

Le JT
Les autres sujets du JT
Un contrôleur SNCF à la gare Montparnasse à Paris, le 3 avril 2017.
Un contrôleur SNCF à la gare Montparnasse à Paris, le 3 avril 2017. (PATRICK KOVARIK / AFP)