Cet article date de plus de trois ans.

Grève SNCF : polémique autour d'une prime

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Grève SNCF : polémique autour d'une prime
FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

La SNCF cherche-t-elle à casser la grève ? Les syndicats dénoncent la hausse d'une prime pour les cadres, qui peuvent conduire les trains à la place des grévistes.

Une nouvelle prime pour les cadres qui ne conduisent plus au quotidien, mais qui peuvent être amenés à le faire. Elle s'élèvera à 150 euros. Une autre indemnité que percevaient déjà d'autres cadres de niveaux supérieurs, à hauteur de 120 euros, sera elle revue à la hausse. Coïncidence ou manœuvre de la direction à l'approche des grèves ? Le 22 mars, la grève est très suivie à la SNCF ; plus de 35% de grévistes, dont un cadre sur cinq. Le lendemain, la direction aurait informé ses dirigeants de la mise en place de cette mesure.

La direction évoque un hasard de calendrier

Une tentative de manipulation, selon les syndicats. Hasard de calendrier selon la direction, la discussion aurait débuté en 2007 ; aucun lien avec la grève. Quoi qu'il en soit, le patron de la SNCF s'inquiète de la forte mobilisation à partir de demain et prévient : "S'il manque des aiguilleurs, la loi ne nous permettant pas d'en réquisitionner, il y aura donc des lignes fermées", explique-t-il dans le JDD. Aiguilleurs, agents de départ, contrôleurs ou encore conducteurs : des fonctions indispensables à la circulation des trains. Cette prime incitera-t-elle à prendre la relève des grévistes ? Qu'ils conduisent ou pas, ils la toucheront de façon pérenne, selon la direction.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Grève à la SNCF

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.