INFO FRANCEINFO. La SNCF verse une prime à des cadres pour les inciter à conduire des trains, les syndicats dénoncent une manœuvre

La SNCF a annoncé à certains cadres qu'ils pourraient bénéficier d'une prime s'ils conduisent occasionnellement des trains. Une mesure dénoncée par les syndicats. 

Le logo de la SNCF sur un TGV à la Gare de Lyon à Paris le 15 février 2018.
Le logo de la SNCF sur un TGV à la Gare de Lyon à Paris le 15 février 2018. (LUDOVIC MARIN / AFP)

La direction de la SNCF a décidé d'attribuer une prime à certains de ses cadres habilités à remplacer les conducteurs de trains, selon les informations de franceinfo. Les syndicats dénoncent une "manoeuvre" pour inciter les cadres à remplacer des conducteurs en grève.

Une prime mensuelle de 150 euros

L'entreprise a annoncé il y a quelques jours à ses cadres transport traction, c'est-à-dire les chefs d'équipe d'agents de conduite, qu'ils bénéficieraient désormais d'une prime mensuelle de 150 euros, rétroactive au 1er janvier 2018.

Cette prime, dite de "conducteur occasionnel", n'était jusque-là touchée que par des cadres de niveau supérieur, et son montant était initialement de 120 euros. De source proche de la SNCF, on évoque une réponse à des revendications de longue date de ces cadres traction qui faisaient des remplacements ponctuels sans aucun bonus. "Un faux procès" pour Alain Krakovitch, le directeur général de SNCF Transilien, qui annonce que cette prime sera attribuée dans tous les cas.

Une mesure alors que près d'un cadre sur cinq avait cessé le travail lors de la mobilisation du 22 mars, un taux jugé particulièrement élevé en interne. La mise en place de cette prime représenterait, selon une source syndicale, un coût estimé à 10 millions d'euros par an.

Une "carotte" pour les syndicats

Certains syndicats y voient une manoeuvre de la direction, sous forme de "carotte", juste avant la grève qui commence ce lundi soir, pour s'assurer que les cadres intermédiaires remplaceront si besoin des conducteurs grévistes.

La CFDT dénonce cette mesure : "La concordance des dates est proprement scandaleuse puisque nous considérons que c’est aussi un moyen de briser la grève qui va commencer le 2 avril", dénonce Rémi Aufrère-Privel sur franceinfo.

Là, décidément, la direction de l’entreprise va trop loinRémi Aufrère-Privel, secrétaire général adjoint de la CFDT Cheminotsfranceinfo

Selon le syndicaliste, "l'entreprise déploie décidément de nombreux moyens de communication pour encourager une partie de l’encadrement à ne pas faire grève et au contraire briser la grève de l’ensemble des cheminots".

Pour Bruno Poncet du syndicat Sud-Rail, invité ce dimanche sur franceinfo : "On sent le vent de panique à la tête de la SNCF de demander à des cadres de remplacer leurs collègues."

On voit bien que là ils ne savent plus comment faire annuler cette grève. C'est vraiment histoire de mettre de l'huile sur le feuBruno Poncet, syndicaliste Sud-Railfranceinfo

"C'est la première fois depuis plus de 20 ans que toutes les organisations syndicales sont dans le mouvement : cadres, maîtrise, exécution, conducteurs, contrôleurs...", explique Bruno Poncet avant d'ajouter : "Guillaume Pepy est donc obligé de sortir ses cadres supérieurs donc il y a peut-être des gens comme madame Parly - Florence Parly, ministre des Armées - qui touche 52 000 euros à la SNCF qui vont être obligés bientôt de faire le contrôle d'un train ou de faire de l'information en gare avec un gilet rouge sur le dos", conclut le syndicaliste.