Grève SNCF : les entreprises s'organisent

Certaines entreprises ont décidé de prendre les choses en main pour aider leurs salariés à être présents ce mardi 3 avril ainsi que demain. Elles n'ont pas hésité à organiser elles-mêmes leur transport, voire à mettre en place un dispositif de télétravail.

Voir la vidéo
France 2

De nombreuses chaises vides dans cette entreprise en région parisienne, et pourtant, les salariés travaillent bien. "Au lieu d'avoir les 30 places prises, on a seulement 8 personnes sur le plateau. Les autres sont en télétravail". Ce responsable du service client a donc échangé toute la journée avec ses salariés à distance. 

10 à 15% de coûts supplémentaires


À Lille (Nord), autre solution offerte aux salariés adapter leurs horaires de travail. "Ma collègue a commencé plus tôt que moi, je suis arrivée plus tard, et je sais que ce soir, je vais rester une ou deux heures de plus. Donc on a vraiment changé nos amplitudes horaires pour que je puisse venir quand il y a des trains", explique Kim Georges-dit-Soudril. Temps de travail aménagé, baisse de productivité... Selon le patron, les grèves coûtent cher : "On est de l'ordre de 10 à 15% de coûts supplémentaires en temps de grève, ne serait-ce que par la désorganisation et les surcoûts liés aux impacts quotidiens qu'on a", estime Tristan Dessain-Gelinet, directeur de Travel Planet. Ce soir, le départ se fait en groupe pour ces salariés, qui se sont organisés entre eux avec un covoiturage entre collègues.   

Le JT
Les autres sujets du JT
Des voyageurs à la gare Montparnasse, à Paris, le 22 mars 2018.
Des voyageurs à la gare Montparnasse, à Paris, le 22 mars 2018. (MAXPPP)