Déconfinement : la SNCF met en vente 5 millions de billets à moins de 39 euros

Le tarif sera de huit euros maximum pour les enfants de moins de douze ans.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Un voyageur sur le quai de la gare de Lyon. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

"Ce matin, nous ouvrons plus de 5 millions de billets à tout petits prix moins de 39 euros pour voyager jusqu'à fin août", a annoncé lundi 3 mai sur franceinfo Christophe Fanichet, PDG de SNCF Voyageurs. Le tarif est de huit euros maximum pour les enfants de moins de 12 ans. Cette opération, valable jusqu'à la mi-mai, vise à accompagner le déconfinement et "une grande envie de partir" chez les Français, "beaucoup de nos trains sont déjà complets sur les ponts du mois de mai". Christophe Fanichet indique également que la circulation des trains va monter en puissance pour passer de quatre TGV sur dix à huit TGV sur dix d'ici la fin de cette semaine.

franceinfo : C'est le début du retour à la normale sur le réseau SNCF ce lundi matin ?

Christophe Fanichet : Absolument. Ce matin, c'est le début du retour à la normale avec moins de restrictions et donc une très grosse envie des Français de se déplacer. C'est pour cette raison que ce matin nous ouvrons plus de 5 millions de billets à tout petits prix, moins de 39 euros. Ce sont des billets qui sont valables à partir d'aujourd'hui jusqu'au 29 août, pour tous les Français. Et puis on a voulu que les familles puissent aussi en profiter, en prenant vos billets jusqu'à mi-mai, les enfants sont à 8 euros, à condition d'avoir moins de 12 ans. Pour nous, c'était un moment important d'accompagner les Français dans cette envie de se déplacer, de retrouver leurs amis, de partir en vacances. Quand vous allez voir sur l'ensemble des sites, c'est ce prix promotionnel de 39 euros qui s'affiche. Pour vous donner un ordre d'idée, l'été dernier nous avons fait voyager plus de 20 millions de Français et donc vous voyez 5 millions de billets, ça veut dire qu'un billet sur quatre TGV sera à petits prix.

Vous sentez déjà les réservations frémir ces derniers jours, que ce soit pour les ponts du mois de mai ou pour les grandes vacances ?

On voit surtout une grande envie de partir pour les ponts du mois de mai, beaucoup de nos trains sont déjà complets. Aujourd'hui sur l'été, c'est encore faible par rapport à ce que nous avons connu l'an dernier, simplement parce que les Français ont plutôt pris l'habitude de réserver au dernier moment. C'est pour cette raison qu'on fait cette opération pour que les Français, sur ces 15 jours qui viennent, puissent partir à petits prix et puissent programmer leurs voyages. Je rappelle que ces billets seront échangeables et remboursables jusqu'au 29 août.

Pendant le confinement les billets grandes lignes étaient remboursables jusqu'au dernier moment. Ce n'est plus la règle désormais, pourquoi ?

Certains prenaient plusieurs billets et annulaient au dernier moment. Ça veut dire que vous n'étiez pas sûrs d'avoir une place. Notre objectif, c'est que les Français puissent avoir chacun un billet. La règle change très petitement. On va garder l'échange et le remboursement jusqu'à trois jours avant le départ. C'était une attente des Français qui souhaitent pouvoir changer au dernier moment, pouvoir prendre leur billet sans aucune contrainte. Je pense que l'on est un des rares à encore faire cette possibilité.

Du point de vue du trafic, on est donc un retour progressif à la normale ?

Jusqu'à aujourd'hui, quatre TGV sur dix circulaient, confinement et règles sanitaires obligent. Et à la fin de ce week-end, nous allons remonter progressivement, en doublant ce plan de transport, puisque huit TGV sur dix circuleront sur l'ensemble de la France, trois Intercités sur quatre et neuf TER sur dix. Et puis, pour l'ensemble des ponts de mai 100% des TGV circuleront, en particulier sur le Sud-Est et la côte Atlantique. Sur le pont de l'Ascension c'est plus de 2 000 TGV qui vont circuler pour pouvoir répondre à cette envie de partir des Français. Concernant les trains du quotidien, c'est un travail que nous sommes en train de faire avec l'ensemble des conseils régionaux et nous sommes en train de remonter le plan de transport. On est à huit sur dix à peu près. On sera neuf sur dix et il y a beaucoup de régions où on sera bientôt à 10 sur dix.

L'autre nouveauté, c'est la fin annoncée des surréservations, c'est-à-dire le fait de vendre plus de billets qu'il n'y a de places assises dans un train ?

C'est entré en vigueur avec le confinement. Notre objectif, là encore, c'est la sérénité de nos voyageurs. Souvent, les voyageurs ont très envie de partir, ils sont prêts à payer même si c'est en surréservation sur un strapontin, et puis quand on arrive on a envie d'être bien assis. Nous avons souhaité les rendre plus sereins et donc c'est la fin de la surréservation.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers SNCF

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.