Qui sont les 118 victimes du crash du vol AH5017 ?

François Hollande a annoncé vendredi qu'il n'y avait "aucun survivant" parmi passagers de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé dans le nord du Mali jeudi. Des victimes issues d’une quinzaine de nationalités, dont 54 Français.

(Parmi les 51 victimes françaises, 49 devaient rejoindre la France grâce à une correspondance à Alger vers plusieurs aéroports de l'Hexagone, comme ici celui de Marseille-Provence-Marignane © Maxppp / Bruno Souillard)

Selon la liste communiquée par les autorités du Burkina Faso dans la nuit, les passagers qui ont embarqué jeudi à bord du vol AH5017 devant relier Ouagadougou, au Burkina Faso, à Alger, étaient issus d’une quinzaine de nationalités. Aucun n'a survécu.

Parmi les 118 victimes, figurent les six membres d’équipage, tous de nationalité espagnole car l’avion, affrété par Air Algérie, était la propriété de la compagnie Swiftair, ainsi qu'un Nigérian, un Malien, un Camerounais, un Egyptien, un Suisse, un Belge, deux Luxembourgeois, quatre Allemands, cinq Canadiens, six Espagnols, six Algériens, huit Libanais, 24 Burkinabés et 54 Français. Selon une liste fournie par Air Algérie, un Roumain et un Ukrainien avaient également pris place à bord.

►►► EN DIRECT  | Les dernières informations sur  cette catastrophe aérienne, ici en temps réel 

Une majorité de Français, des expatriés au Burkina Faso

"Il faut penser à toutes les victimes ", insistait ce vendredi matin sur France Info François Loncle, député PS de l'Eure et président du groupe d'amitié entre la France et le Burkina Faso. "Les victimes ne se comptabilisent pas par nationalité, mais c’est vrai qu’il y a beaucoup de Français qui aiment le Burkina, qui vont au Burkina et peut-être, là, qui revenaient pour les vacances en France, des expatriés en particulier ", a-t-il poursuivi, évoquant la relation de longue date entre les deux pays. 

 

Environ 4.000 Français vivent en effet au Burkina Faso. Invité sur notre antenne ce matin, Ousmane Ouadraogo, président de l’association démocratique des Français au Burkina, confirmait que parmi les victimes du crash figuraient "beaucoup de familles expatriées ", installées pour certaines depuis plusieurs années au Burkina Faso, des binationaux, mais aussi "des Burkinabés qui venaient juste en touristes en France ".

 

Hier, le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius avait indiqué que la catastrophe concernait  "20 familles, parce que ce sont des fratries, ce sont en général des amis de l'Afrique qui étaient là-bas, soit des touristes, soit des humanitaires" .

REPORTAGE d’Angélique Bouchet de France Bleu Creuse |Grande émotion à Guéret. Un pharmacien, sa femme et leurs trois enfants étaient passagers du vol AH5017
--'--
--'--

La douleur des familles

Parmi les 54 victimes françaises, parmi lesquelles des bi-nationaux, 49 devaient rejoindre la France grâce à une correspondance à Alger. Sept membres de trois familles du Gard et du Var étaient attendus à l’aéroport de Marseille, treize personnes à celui de Toulouse, 14 à Lyon Saint-Exupéry et 15 personnes à Roissy-Charles-de-Gaulle. Des cellules psychologiques ont été mises en place, et un numéro national à destination des proches de ces passagers qui ne sont jamais arrivés : le  01 43 17 56 46.

REPORTAGE à l’aéroport de Lyon, où une cellule de crise a été activée - Claude Cordier
--'--
--'--

"Toutes mes pensées sont tournées vers les victimes, vers les familles, les 118 victimes de ce drame épouvantable et leurs familles. Nous pensons et aux  victimes, et aux proches, et aux familles. Nous sommes à leur côté ", a déclaré François Hollande à l’issue d’une réunion de crise qui s’est tenue vendredi matin à l’Elysée. Le chef de l’Etat a précisé que les familles seront reçues samedi au Quai d’Orsay.

 

A LIRE AUSSI  ►►►TÉMOIGNAGES | Sept membres d'une même famille parmi les victimes du vol AH5017