"La grogne est légitime, il faut savoir y répondre" : les stations E. Leclerc vont vendre le carburant à prix coûtant jusque fin novembre

Les 689 stations du groupe, qui pratiquaient toutes déjà ce tarif ce week-end, vont prolonger l'effort pendant quatre semaines, a annoncé sur franceinfo le PDG du groupe, Michel-Edouard Leclerc.

Toutes les stations-services E. Leclerc en France vont vendre leurs carburants à prix coûtant "jusqu'à la fin novembre", a annoncé lundi novembre sur franceinfo le président directeur-général de l'enseigne, Michel-Edouard Leclerc. Les 689 stations du groupe, qui pratiquaient toutes déjà ce tarif ce week-end, vont prolonger l'effort pendant quatre semaines pour "satisfaire (leurs) clients" mais également pour "envoyer un signal aux pouvoirs publics". 

"Il faut savoir choisir son camp. Celui qui tire la croissance, c'est le consommateur, et aujourd'hui cette grogne est légitime : il faut y répondre", a expliqué Michel-Edouard Leclerc, avant de s'élever contre "une sorte d'écologie" que pratiquerait selon lui le gouvernement.

Ne pas "prendre les gens pour des zèbres"

"On est écolo à la mesure de nos moyens et de l'augmentation de notre pouvoir d'achat. Faut quand même pas prendre les gens pour des zèbres ! On est tous d'accord pour le combat pour le climat, on est tous d'accord pour manger mieux, etc., mais ça ne peut pas être que par le prix. Il y a une sorte d'écologie punitive, ce n'est pas normal".

Michel-Edouard Leclerc estime qu'avec ces taxes, "on refait le coup de la vignette aux Français", en ponctionnant chaque année 30 à 35 milliards d'euros sans donner de visibilité sur la transition écologique réellement engagée. "Ils ont toujours pas tranché sur le nucléaire, ils n'ont pas dit 'ok' pour les champs de panneaux solaires, donc il va où cet argent ?", s'est-il interrogé.

Michel-Edouard Leclerc, PDG de l\'enseigne E.Leclerc, invité sur franceinfo lundi 5 octobre.
Michel-Edouard Leclerc, PDG de l'enseigne E.Leclerc, invité sur franceinfo lundi 5 octobre. (FRANCEINFO)