Cet article date de plus de deux ans.

Vidéo "Je comprends leur colère" : Ségolène Royal s’exprime au sujet des gilets jaunes

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Dans une interview accordée à Brut, l'ancienne ministre de l’Environnement s'est exprimée sur les différents sujets qui font la colère des gilets jaunes.
BRUT
Article rédigé par
France Télévisions

Dans une interview accordée à Brut, l'ancienne ministre de l’Environnement s'est exprimée sur les différents sujets qui font la colère des gilets jaunes.

Taxe carbone, précarité, retraite… Tous les sujets qui font la gronde des gilets jaunes ont été passés au crible par Ségolène Royal. L’ex ministre de l'Environnement s'est montrée très critique envers le gouvernement d'Emmanuel Macron et a notamment déclaré comprendre la colère des manifestants. "J'observe d'ailleurs qu'il y a beaucoup de femmes dans les manifestations, notamment des femmes avec des petites retraites", confie-t-elle. Pour Ségolène Royal, "lorsque les femmes se mettent en mouvement, c'est que les choses vont très mal."

Ils ont bien vu que ça n'avait rien à voir avec l'écologie

Ségolène Royal

Nommée ambassadrice chargée de la négociation internationale pour les pôles arctique et antarctique par Emmanuel Macron, Ségolène Royal n'a pas hésité à pointer certaines "erreurs" qui ont été commises par le gouvernement. "Je pense que celle qui m'a touchée le plus, c’est l'utilisation de l'écologie pour faire des impôts." Ségolène Royal estime d'une part que l'écologie ne doit pas être "punitive". "La seconde chose, c'est que les citoyens sont intelligents, ils ont bien vu que ça n'avait rien à voir avec l'écologie cette nouvelle taxe", témoigne-t-elle. "Je pense que la colère des gilets jaunes vient aussi du fait qu'ils ont parfaitement compris qu'on leur racontait des histoires et qu'en fait cette taxe, elle est faite pour compenser finalement, la suppression de la taxe d'habitation."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Mobilisation du 17 novembre

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.