"Gilets jaunes" : quand les chefs d'entreprises se mobilisent

Les "gilets jaunes" présentent leur mobilisation de demain samedi 24 novembre comme "l'Acte 2" de leur action. Certains chefs d'entreprise y participeront.

France 2

Sur ce rond-point situé à Pacé, près d'Alençon (Orne), samedi 17 novembre dernier, des citoyens portaient le même "gilet jaune". Salariés et patrons d'une entreprise de peinture unis pour exprimer leur ras-le-bol. Et la colère n'est toujours pas retombée. Emmanuel Toudja dirige l'entreprise familiale, et a vu les charges augmenter avec le temps : le carburant lui coûte aujourd'hui plus de 4 000 euros par mois. "Si l'augmentation arrive à deux euros, j'aurais 30 000 euros de plus à payer par an, c'est énorme. Donc je vais être obligé de licencier au moins une personne", explique le chef d'entreprise. Un crève-cœur, car dans cette entreprise, tout le monde est solidaire.

Faire entendre sa voix

Certains se rendront ensemble à Paris samedi 24 novembre. "Tout se passe à Paris, notre président crèche à Paris, et il faut lui faire voir que l'on n’est pas content du système", déclare Emmanuel Toudja. D'autres "gilets jaunes" resteront pour manifester à Alençon avec le même objectif : faire entendre leur voix.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des \"gilets jaunes\" le 19 novembre 2018 sur l\'A9, près de Perpignan (illustration).
Des "gilets jaunes" le 19 novembre 2018 sur l'A9, près de Perpignan (illustration). (RAYMOND ROIG / AFP)