"Gilets jaunes" : des pénuries sont-elles à craindre ?

Des dizaines de grandes surfaces sont inaccessibles, d'autres manquent de produits, des stations-service sont en rupture partielle ou totale de carburant.

Voir la vidéo
France 3

Dans une station-service du Tarn, au Séquestre, il y a moins de livraisons de carburants et plus de clients que d'habitude, alors les stocks ont vite disparu. Seuls restent du sans plomb 95 avec un peu d'éthanol. Une autre station a choisi le rationnement de ses stocks, impossible d'avoir plus de 30 € de carburant et de se ravitailler la nuit. "On commande des camions, mais la centrale de produits pétroliers ne nous garantit pas la livraison", explique Nicolas Capou, le directeur financier du supermarché.

Une chute de90% de chiffre d'affaires

Près d'Orléans (Loiret), le parking de la zone industrielle de la Baule est désert. Une restauratrice a vu son chiffre d'affaires chuter de 90% depuis samedi 17 novembre. "Si cela se réitère encore samedi, la situation va devenir vraiment difficile. C'est-à-dire qu'on va accuser une perte de chiffre d'affaires tellement énorme que je ne sais pas si on va pouvoir continuer", témoigne-t-elle. Les commerçants espèrent que les "gilets jaunes" ne bloqueront par leurs boutiques dans les prochains jours.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des \"gilets jaunes\" le 19 novembre 2018 sur l\'A9, près de Perpignan (illustration).
Des "gilets jaunes" le 19 novembre 2018 sur l'A9, près de Perpignan (illustration). (RAYMOND ROIG / AFP)