Cet article date de plus de six ans.

Le gouvernement valide les projets de ligne à grande vitesse Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax

 La commission d'enquête publique avait pourtant rendu un avis négatif.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des travaux pour la ligne à grande vitesse Bordeaux - Tours, au-dessus de la Dordogne, le 30 mars 2015. (JEAN-FRANCOIS CHEREL / BIOSPHOTO / AFP)

Le gouvernement a validé la réalisation des lignes à grande vitesse (LGV) Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax, samedi 26 septembre, dans le cadre du Grand projet ferroviaire du sud-ouest (GPSO).

"J'ai averti aujourd'hui [le président de la région Aquitaine] Alain Rousset, [le maire de Bordeaux] Alain Juppé et [le président de la région Midi-Pyrénées] Martin Malvy de la décision prise par le gouvernement de continuer la procédure GPSO sur les deux lignes vers Toulouse et vers Dax" , a annoncé le ministre des Transports Alain Vidalies. Dans la foulée, le gouvernement a saisi pour avis le Conseil d'Etat.

Un coût estimé à 8,3 milliards d'euros

La commission d'enquête publique sur ces deux projets avait rendu un avis négatif, fin mars, sur la déclaration d'utilité publique de ces projets ferroviaires, dont le coût est estimé à 8,3 milliards d'euros. L'eurodéputé écologiste José Bové a donc regretté ce choix : "LGV Bordeaux Toulouse : enquête publique défavorable, avis négatif de la Cour des comptes, mais accord du gouvernement. On marche à l'envers".

Mais selon le ministre des Transports, "les arguments en matière d'aménagement du territoire pour tout l'Arc atlantique, qui est en retard sur le développement de la grande vitesse par rapport à l'Arc méditerranéen" ont pesé dans la décision du gouvernement. Les présidents PS des régions Aquitaine et Midi-Pyrénées, Alain Rousset et Martin Malvy, sont mobilisés de longue date pour défendre ce projet qui mettra notamment Toulouse à 3h10 de Paris.

Le maire de Bordeaux, Alain Juppé, s'est également félicité de cette décision : "La LGV ira à Toulouse et à Dax vers l'Espagne. Bonne nouvelle pour Bordeaux et l'Aquitaine. Le gouvernement a entendu nos collectivités", a-t-il tweeté.

Dans la continuité de la LGV Tours-Bordeaux

La LGV entre Bordeaux et Toulouse prévoit un temps de trajet de 1h05 entre les deux villes, ce qui mettrait Toulouse à 3h10 de paris, précise France 3 Midi-Pyrénées. Le projet prévoit la construction de deux nouvelles gare à Agen et Montauban, 167 km de ligne nouvelle entre Bernos-Beaulac (Gironde) et Saint-Jory (Haute-Garonne), et 55 km de tronc commun entre Saint-Médard-d'Eyrans et Bernos-Beaulac (Gironde). Tous ces chantiers s'inscrivent dans la continuité de la LGV Tours-Bordeaux, dont la mise en service, prévue fin juillet 2017, doit mettre Paris à 2h05 de Bordeaux.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Transports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.