Air France : procès sous tension dans l'affaire de la "chemise arrachée"

Ce lundi 12 mars commence le procès en appel des salariés d'Air France condamnés pour des faits de violences et dégradations remontant au mois d'octobre 2015.

FRANCE 2

Ils sont venus soutenir leurs camarades, salariés d'Air France qui ont fait appel de leur condamnation pour violences et dégradations. Selon la CGT, le procès est politique. Les faits remontent au 5 octobre 2015. Ce jour-là, des syndicalistes font irruption en plein conseil d'entreprise d'Air France. Un plan de restructuration prévoyant la suppression de plusieurs milliers de postes est annoncé. Deux cadres sont alors violemment pris à partie : l'un sort la chemise en lambeaux, l'autre, torse nu, enjambe un grillage pour fuir les manifestants.

12 salariés jugés en appel

Ces images violentes font alors le tour du monde. Lors du premier procès à Bobigny (Seine-Saint-Denis), trois manifestants avaient été condamnés à 3 et 4 mois de prison avec sursis, un quatrième avait été relaxé, huit autres condamnés à payer une amende de 500 euros. Ce lundi 12 mars, en appel, les douze salariés vont être une nouvelle fois jugés. À Air France, le contexte a changé, l'heure n'est plus aux suppressions de postes, mais aux augmentations de salaire suite aux bénéfices engrangés au cours des derniers mois par l'entreprise.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un voyageur dans un terminal de l\'aéroport de Roissy Charles de Gaulle. 
Un voyageur dans un terminal de l'aéroport de Roissy Charles de Gaulle.  (GETTY IMAGES)