Air France : nouveau patron, nouvelles polémiques

La nomination du Canadien Benjamin Smith à la tête du groupe Air France-KLM n'est pas du goût des syndicats. Ils menacent d'une nouvelle grève.

France 3

Benjamin Smith a été nommé à la tête du groupe Air France-KLM. L'homme de 46 ans était précédemment le Numéro 2 d'Air Canada. Il n'est pas encore au poste, mais déjà au centre des polémiques. Les syndicats lui reprochent notamment d'être étranger. "Il est inconcevable que la compagnie Air France, française depuis 1933, tombe dans les mains d'un dirigeant étranger", peut-on lire dans un communiqué de l'Intersyndicale regroupant neuf syndicats.

Un salaire de 3,3 millions d'euros par an

Pour les pilotes, le nouveau dirigeant pourrait favoriser KLM, la compagnie néerlandaise, aux dépens d'Air France. Ils redoutent une délocalisation. Le choix est pourtant soutenu par le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire. Il salue "l'expérience" et les "connaissances du secteur aérien" de Benjamin Smith. Le salaire du futur patron, de 3,3 millions d'euros par an, est aussi critiqué. Les risques d'une nouvelle grève pèsent d'autant plus sur l'entreprise.

Le JT
Les autres sujets du JT
Benjamin Smith, alors numéro deux d\'Air Canada, le 2 juin 2016 à Dublin (Irlande).
Benjamin Smith, alors numéro deux d'Air Canada, le 2 juin 2016 à Dublin (Irlande). (CLODAGH KILCOYNE / REUTERS)