Violences policières : des victimes portent plainte

À Toulouse (Haute-Garonne), un homme assure avoir perdu onze dents à la suite de coups portés par des policiers. Il se joindra à une dizaine d'autres personnes afin de déposer une plainte.

FRANCE 3

Un "gilet jaune" de Toulouse (Haute-Garonne) a perdu onze dents lors d'une manifestation le 19 janvier dernier. En colère, Yann Simonin a décidé de déposer une plainte avec d'autres manifestants contre ce qu'il qualifie de violence gratuite de la part des policiers. Serveur de profession, il ne peut plus exercer dans ces conditions, et pour lui, les forces de l'ordre l'ont délibérément visé.

Une dizaine de personnes lancent un appel

"Il y avait la police qui était cachée dans un petit coin sombre, j'ai levé les bras", explique Yann Simonin. "Arrivés à ma hauteur, ils sont passés sans me regarder et ils m'ont frappé. Ils ont visé leur lacrymogène dans ma bouche. Et je me suis fait casser les dents par un des deux policiers", assure-t-il. Comme lui, une dizaine de personnes ont lancé un appel sur les réseaux sociaux contre ce qu'elles appellent la "violence gratuite et anormale de la part des forces de l'ordre".

Le JT
Les autres sujets du JT
Sur la place de la République à Paris, un CRS, photographié par des journalistes, fait face aux \"gilets jaunes\" lors du 12e samedi de mobilisation, le 2 février 2019.
Sur la place de la République à Paris, un CRS, photographié par des journalistes, fait face aux "gilets jaunes" lors du 12e samedi de mobilisation, le 2 février 2019. (KARINE PIERRE / HANS LUCAS / AFP)