VIDEO. Laurent Berger appelle les "gilets jaunes" à "passer de la colère à l'engagement" et adresse un avertissement au gouvernement

Le secrétaire général de la CFDT était l'invité de France Inter mercredi. 

FRANCE INTER

Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, a appelé mercredi 5 décembre sur France Inter les "gilets jaunes" à "passer de la colère à l'engagement" et à la discussion, tout en avertissant le gouvernement que si ces discussions étaient "un jeu de dupe, on irait dans le mur".

"Le gouvernement porte une lourde responsabilité dans ce qui est en train de se passer", a estimé Laurent Berger, pressant l'exécutif de résorber les inégalités sociales qui se creusent et d'agir pour une meilleure répartition des richesses et pour plus de justice fiscale. "Je comprends toutes les personnes qui après les annonces d'Edouard Philippe se sont dit : je ne vois pas ce que ça va changer dans ma situation quotidienne. Mais aujourd'hui, la situation démocratique de notre pays est extrêmement inquiétante et la situation de tension est très, très forte" a jugé le secrétaire général de la CFDT qui appelle à "recréer des espaces de discussion et de dialogue".

"Il y a trois choses qui vont nous péter à la figure, a ajouté Laurent Berger, appelant à trouver des compromis acceptables. Les inégalités sociales : ça fait des mois et des mois que je le rappelle à ce gouvernement. Deuxièmement, la question environnementale : il ne faut pas la passer sous silence parce qu'il n'y a pas d'emplois sur une planète morte, comme disent les syndicalistes mondiaux. Et troisièmement, la question démocratique : ce qui est en train de se jouer, c'est aussi une forme de délitement démocratique."

La CFDT propose une prime transport

Le leader de la CFDT a également appelé à concilier "la transition écologique avec la justice sociale" en faisant plusieurs propositions : "On demande une prime transports, il y a des choses à faire sur la prime d'activité, il faudra des mesures sur la rénovation thermique des logements, il faudra des discussions dans les entreprises et les branches sur les salaires, parce qu'il y aussi une responsabilité du patronat."


Laurent Berger a souhaité également une "tranche d'impôts supplémentaire sur les très hauts revenus" et que "la transmission de patrimoine soit davantage taxée" car "50% du patrimoine est détenu par 10% dans notre pays, il va falloir aller sur ces questions-là, car je crois que la mère des batailles, c'est la justice fiscale".

Laurent Berger, le 5 décembre 2018.
Laurent Berger, le 5 décembre 2018. (FRANCE INTER / RADIO FRANCE)