VIDEO. "Gilets jaunes" : une grenade explose dans une foule calme à Tours le 1er décembre, un homme amputé

Révélée par "Libération", cette vidéo filmée le 1er décembre "accable la police", selon le quotidien.

LIBERATION

Samedi 1er décembre, les "gilets jaunes" manifestent dans les rues de Tours (Indre-et-Loire). Parmi eux, Ayhan P., un ouvrier de 52 ans. Ce syndicaliste se "trouve à 50 mètres au moins de la ligne des forces de l'ordre", dans un endroit "calme", quand "un projectile" arrive à ses pieds. "J’étais persuadé que c’était du gaz lacrymogène, sinon je n’y aurais jamais touché. Je l’ai ramassée de la main droite et elle a explosé."

Le projectile s'avère être une grenade explosive Gli-F4, selon Libération, qui a recueilli le témoignage et qui a mis en ligne cette vidéo. La victime est rapidement hospitalisée et amputée de la main. Un mois plus tard, "ils ont dû recouper un bon morceau", en raison d'une nécrose, selon Ayhan P. 

Une enquête confiée à la police des polices

Une plainte a depuis été déposée par l'avocat du manifestant, qui dénonce les conditions d'utilisation de cette munition. Une enquête a été ouverte par le parquet de Tours et confiée à l’IGPN, la police des polices.

Ce 1er décembre, à Tours, 38 personnes ont été blessées, dont 15 policiers. De son côté, la préfecture a affirmé que des casseurs ont jeté de l'acide et des projectiles sur les forces de l'ordre, qui ont dû répliquer : "La violence était extrême, due à environ 150 casseurs" qui se seraient glissés parmi les manifestants, avait affirmé la préfète de l'Indre-et-Loire, comme le rapportait France 3 Centre-Val de Loire.

Des \"gilets jaunes\" manifestent devant l\'hôtel de ville de Tours (Indre-et-Loire), le 1er décembre 2018.
Des "gilets jaunes" manifestent devant l'hôtel de ville de Tours (Indre-et-Loire), le 1er décembre 2018. (MAXPPP)