Politique : 43% des Français pensent que la démocratie fonctionne bien dans notre pays, selon un sondage

C'est ce que révèle une étude Viavoice, réalisée pour la Fondation Jean-Jaurès et La Revue civique, publiée mercredi. 

Emmanuel Macron s\'adresse à 600 élus locaux au Grand Bourgtheroulde, le 15 janvier 2019, dans le cadre de l\'ouverture du grand débat national.
Emmanuel Macron s'adresse à 600 élus locaux au Grand Bourgtheroulde, le 15 janvier 2019, dans le cadre de l'ouverture du grand débat national. (PHILIPPE WOJAZER / POOL)

Près d'un Français sur deux (43%) pensent que la démocratie fonctionne bien dans l'Hexagone : c'est un des enseignements révélés par une étude Viavoice, réalisée pour la Fondation Jean-Jaurès et La Revue civique, publiée mercredi 20 mars. Selon cette même étude, les Français sont plutôt divisés sur l'apport du mouvement des "gilets jaunes" et du grand débat national pour la démocratie française.

45% des Français sont mitigés sur le mouvement des "gilets jaunes"

Le sentiment que la démocratie fonctionne bien en France est en augmentation par rapport au mois de septembre 2018. A l'époque, 34% des Français validait cette affirmation. Cependant, ils étaient 54% en janvier 2018. Selon Viavoice, "le sentiment démocratique progresse en France sans pour autant remettre en cause la fracture démocratique qui s'est exprimée ces derniers mois". Cette fracture se traduit dans le détail des chiffres : seuls 19% des répondants qui ont déclaré être des "gilets jaunes" ont le sentiment que la démocratie fonctionne bien en France, alors qu'ils sont 63% parmi les opposants au mouvement.

45% des Français estiment que le mouvement des \"gilets jaunes\" a eu un impact à la fois positif et négatif sur la démocratie française.
45% des Français estiment que le mouvement des "gilets jaunes" a eu un impact à la fois positif et négatif sur la démocratie française. (STEPHANIE BERLU / RADIO FRANCE)

Viavoice analyse le mouvement des "gilets jaunes" comme "un profond malaise démocratique parmi une partie de la population française". Pour autant, si celui-ci a engendré "de nouveaux modes de mobilisation", son influence sur la démocratie française divise les interrogés. Ainsi, 45% d'entre eux pensent que le mouvement a eu à la fois un impact positif et un impact négatif sur la démocratie. Ils sont 40% parmi les "gilets jaunes" à partager ce sentiment. En revanche, une majorité de Français (62%) soutiennent une des demandes phares du mouvement : le référendum d'initiative citoyenne (RIC).

Le grand débat est "une bonne chose" pour 58% des interrogés

Dans ce contexte social, le grand débat national a remporté l'adhésion des Français. Ils sont 58% à penser que c'est une bonne chose. C'est même pour plus de 6 interrogés sur 10 "une bonne manière de faire remonter les attentes des Français". Près de trois Français sur quatre estiment que c'est "nécessaire compte tenu des conflits sociaux récents". Cependant, les interrogés n'en restent pas moins critiques : pour 71% d'entre eux, ce grand débat est surtout "un moyen de communication pour le président et son gouvernement". La moitié des Français pense aussi que ce grand débat n'aura pas d'impact sur les politiques actuelles.

58% des Français pensent que le grand débat national est une bonne chose.
58% des Français pensent que le grand débat national est une bonne chose. (STEPHANIE BERLU / RADIO FRANCE)

Cependant, le grand débat national va dans le bon sens pour les Français puisqu'il correspond à l'une de leurs envies principales : être plus écoutés. Les deux tiers souhaiteraient ainsi être obligatoirement consultés avant tout grand projet de loi et 64% des sondés estiment qu'il est souhaitable d'organiser un référendum à l'issue du grand débat, sur une ou plusieurs propositions issues des consultations.

*Etude réalisée par Viavoice pour la Fondation Jean-Jaurès et La Revue civique, en ligne, du 6 au 7 mars 2019. Echantillon de 1020 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Représentativité par la méthode des quotas appliquée aux critères suivants : sexe, âge, profession, région et catégorie d'agglomération.