La Réunion: une visite ministérielle sous tension

La ministre des Outre-mer, Annick Giradin, s'est rendue mercredi 28 novembre à La Réunion pour tenter de calmer la colère et écouter les habitants.

France 2

À La Réunion, la mobilisation des "gilets jaunes" est toujours très forte, douze jours après les premières manifestations. À peine arrivée à La Réunion mercredi 28 novembre, la ministre des Outre-mer Annick Girardin fait face à une foule de "gilets jaunes". La visite est très attendue et parfois chahutée. La ministre est sifflée devant la préfecture, le dialogue est difficile. Toute la journée, à la table des discussions avec les "gilets jaunes", les élus et les représentants syndicaux, la ministre recueille les doléances. À l'extérieur, les manifestants suivent les échanges sur leur téléphone portable. Ils attendent de pied ferme la ministre.

24 barrages encore actifs

Mercredi 28 novembre au soir, la ministre des Outre-mer Annick Girardin a annoncé plusieurs mesures spécifiques, notamment pour les associations de La Réunion. Ces mesures se couplent à d'autres, déjà prévus sur le plan national. Au douzième jour de mobilisation, 24 barrages subsistent sur les routes de l'île et au port, 3 000 conteneurs sont toujours retenus.

Le JT
Les autres sujets du JT
La ministre des Outre-mer, Annick Girardin, au milieu des \"gilets jaunes\" le 28 novembre 2018 sur l\'île de La Réunion.
La ministre des Outre-mer, Annick Girardin, au milieu des "gilets jaunes" le 28 novembre 2018 sur l'île de La Réunion. (RICHARD BOUHET / AFP)