Grand débat national : le contrat pour la Nation est à "revivifier", selon Nicole Belloubet

Dans les "4 Vérités" de France 2 lundi 14 janvier, la ministre de la Justice Nicole Belloubet revient sur la lettre aux Français du chef de l'État et sur le grand débat national qui s'annonce.

France 2

Emmanuel Macron a envoyé un long courrier aux Français dimanche 13 janvier pour les inviter à venir débattre à partir du 15 janvier. "Il n'attend pas d'être convaincu de faire autrement, il s'est engagé il y a quelques semaines à mettre en place ce grand débat qui est à la fois un temps de réconciliation entre les Français qui pour certains se sont exprimés par la violence, qui pour d'autres ont envie que des choses évoluent. [...] C'est un temps d'action, de promesse d'action", explique Nicole Belloubet, la ministre de la Justice, l'invitée des 4 Vérités de France 2, lundi 14 janvier. 

Quels changements pour l'ISF ?

Emmanuel Macron donne l'impression qu'il attend d'être convaincu d'une façon de faire autrement sur la fin de son quinquennat. "Il évoque lui-même le terme de contrat pour la Nation, autrement dit d'un nouveau contrat que l'on pourrait passer avec les Français. Le temps de l'élection présidentielle est un temps qui a forgé un contrat pour la Nation, mais malgré tout il n'est pas inutile de le revivifier à un certain moment, et c'est le cas maintenant", ajoute la ministre.

Pour autant, le gouvernement ne souhaite pas revenir sur l'impôt sur la fortune (ISF), qui est devenu une sorte de totem pour les "gilets jaunes" et l'exécutif. "Oui, mais il faut être clair, ce qui a été fait ce n'est pas la fin de l'ISF, c'est la construction d'un nouvel outil, l'impôt sur la fortune immobilière. Il y a un bilan qui sera effectué de ses dispositions nouvelles et encore une fois autour des niches fiscales. Il y a des ouvertures possibles", veut croire Nicole Belloubet.

La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, le 31 août 2018 à l\'Elysée.
La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, le 31 août 2018 à l'Elysée. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)