"Gilets jaunes" : une journée de mobilisation plus calme

La mobilisation était à la baisse samedi 2 mars pour l'acte 16 des "gilets jaunes". On comptait seulement 39 300 manifestants dans toute la France. Des heurts ont éclaté à Nantes, Lyon et Toulouse. À Paris, 33 personnes ont été interpellées. Résumé de la journée.

France 3

Dans la capitale, le défilé qui s'étendait samedi 2 mars entre les Champs-Elysées et la place Denfert-Rochereau était très encadré par la police. Pour le 16e samedi de mobilisation, certains "gilets jaunes" appellent, comme le président de la République, à la fin du mouvement. "Moi aussi j'aimerais que ça s'arrête, qu'il [le mouvement, ndlr] gagne. Mais dès qu'il aura obtenu gain de cause", déclare un manifestant.

De gros week-ends à venir

Ce 16e acte était certes moins suivi, mais pour Maxime Nicolle, un des leaders des "gilets jaunes", ce sont les deux prochains samedis qui vont compter : "Peut-être qu'il y a des gens qui se ménagent un peu, parce que les deux prochains week-ends seront des très gros week-ends", affirme-t-il.

La situation devenait plus tendue vers 18 heures autour de la place de l'Étoile. On dénombre plusieurs interpellations, et un blessé, peut-être dû à un tir de LBD, un lanceur de balles de défense.

À Bordeaux ou Lyon, les manifestations se sont déroulées dans le calme, mis à part quelques échauffourées au moment de disperser la foule.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des \"gilets jaunes\" manifestent lors du quinzième samedi de mobilisation du mouvement, le 23 février 2019 à Toulouse (Haute-Garonne). 
Des "gilets jaunes" manifestent lors du quinzième samedi de mobilisation du mouvement, le 23 février 2019 à Toulouse (Haute-Garonne).  (ALAIN PITTON / NURPHOTO / AFP)