"Gilets jaunes" : "Quelques centaines de casseurs sont en train de dénaturer le mouvement légitime citoyen"

Yves Lefebvre, secrétaire général du syndicat Unité SGP Police-FO, considère certains élus de la République attisent "la haine du flic".

Une remorque incendiée a explosé sur les Champs-Elysées sans faire de blessé, samedi 24 novembre, lors de la manifestation des \"gilets jaunes\" à Paris.
Une remorque incendiée a explosé sur les Champs-Elysées sans faire de blessé, samedi 24 novembre, lors de la manifestation des "gilets jaunes" à Paris. (BENJAMIN ILLY / FRANCE INFO)

"Quelques centaines de casseurs" sont présents sur les Champs-Elysées à Paris pour "en découdre" et "in fine tuer du flic", a réagi, sur franceinfo samedi 24 novembre, Yves Lefebvre, secrétaire général du syndicat Unité SGP Police-FO, alors que les "gilets jaunes" manifestent. "Je retiens quelques centaines de casseurs d’extrême droite, d’extrême gauche qui viennent pour en découdre avec les forces de l’ordre et dénaturer ce mouvement citoyen" des "gilets jaunes" et qui "risque de durer jusqu’à très tard" samedi soir.

>> Suivez notre direct sur la mobilisation du 24 novembre.

Certains politiques attisent la "haine anti-flic"

"Quand j’entends tant monsieur Aliot [du RN] que monsieur Ruffin [de LFI] qui prétendent que la France est en bas des Champs-Elysées, c’est attiser la haine anti-flic, estime le secrétaire général du syndicat Unité SGP Police-FO. Parce que les individus qui sont là aujourd’hui, ils ne sont pas là pour défendre et revendiquer légitimement, comme la majorité des 'gilets jaunes', mais pour se faire du flic."

Comment des élus de la République peuvent-ils dire que c’est la représentation nationale qui est en bas des Champs-Elysées, à se battre, à envoyer des cocktails Molotov et in fine à essayer de tuer du flic, ça c’est inacceptable.Yves Lefebvreà franceinfo

Yves Lefebvre pointe également du doigt la responsabilité de la mairie de Paris : "On savait qu’on avait un risque de débordement. Pourquoi on n’a pas enlevé le matériel comme les barrières ?", déplore-t-il. "Aujourd’hui, ces casseurs sont en train de dénaturer le mouvement légitime citoyen", conclu le secrétaire général du syndicat Unité SGP Police-FO.