"Gilets jaunes" : le Parlement européen condamne l'usage "disproportionné" de la force par la police dans les manifestations

.

La police fait usage de la force avec les balles de défenses LBD, le 9 février 2019 à Paris, lors d\'une manifestation des \"gilets jaunes\".
La police fait usage de la force avec les balles de défenses LBD, le 9 février 2019 à Paris, lors d'une manifestation des "gilets jaunes". (VALENTINE ZELER / HANS LUCAS / AFP)

Les députés européens ont adopté, jeudi 14 février, une résolution non contraignante pour condamner "le recours à des interventions violentes et disproportionnées de la part des autorités publiques lors de protestations et de manifestations pacifiques".

Cette résolution a été votée par les députés européens avec 438 voix pour, 78 contre et 87 abstentions. La discussion sur ce sujet au Parement avait été demandée par une coalition regroupant l'Alliance progressiste des socialistes et démocrates (S&D), les Verts et la GUE (Gauche unitaire européenne).

Contrairement à ce que franceinfo avait annoncé auparavant, "le recours à certains types d'armes à létalité réduite", comme les "projectiles à impact cinétique", dont les lanceurs de balles de défense (LBD), n'a pas été condamné par le Parlement. L'amendement n'a finalement pas été adopté. Mais l'usage des LBD au cours des manifestations des "gilets jaunes" fait toujours débat en France. 

"Un usage sans limite de ces instruments"

L'élu du parti français Les Républicains Renaud Muselier a comparé le président Emmanuel Macron à "Jupiter revenu sur terre", lui reprochant des concessions aux "gilets jaunes", "au détriment des règles budgétaires européennes". De son côté, l'eurodéputé écologiste français Yannick Jadot a dénoncé l'usage des lanceurs de balles de défense (LBD), des armes controversées utilisées par les forces de l'ordre pendant des manifestations des "gilets jaunes". "Il n'y a qu'en France, en Pologne et en Grèce qu'il y a un usage sans limite de ces instruments qui (...), selon les équipes médicales, causent des blessures de guerre", a-t-il déclaré.

Le président des Patriotes Florian Philippot, ancien bras droit de Marine Le Pen, s'est présenté dans l'hémicycle en gilet jaune, la main sur un œil pour symboliser les blessés au cours des manifestations. Il a dénoncé "un pouvoir aux abois (qui) donne des ordres délirants, irresponsables, insensés contre sa propre population". "Je m'inquiète pour mon pays, je m'inquiète pour les libertés en France et je m'inquiète du basculement autoritaire du président Macron", a lancé Younous Omarjee, de La France Insoumise (GUE).