"Gilets jaunes" : le nouveau plan du gouvernement contre les violences

Après les saccages lors de la manifestation des "gilets jaunes" samedi 16 mars, Édouard Philippe a reconnu lundi des erreurs et a annoncé une série de mesures pour empêcher de nouvelles violences.

FRANCE 2

Saccages, pillages, affrontements... Des scènes de violence à Paris, Toulouse ou Bordeaux ont éclaté lors de l'acte 18 des "gilets jaunes". Pour y mettre un terme, le gouvernement veut dès samedi interdire les manifestations non déclarées des "gilets jaunes". À Paris, autour des Champs-Élysées et de la place de l'Étoile, place Pey Berland à Bordeaux (Gironde), et enfin place du Capitole à Toulouse (Haute-Garonne).

Les mesures phares annoncées

Premier axe de la nouvelle stratégie du gouvernement : la lutte contre les ultras. La consigne des forces de l'ordre : procéder à la dispersion immédiate des attroupements et à l'arrestation systématique de ceux qui se masqueraient le visage. Des drones et des produits marquants seront également utilisés. Les détachements d'action rapide seront transformés en unités anti-casseurs. Édouard Philippe veut également une répression accrue contre ceux qui se rendraient complices des violences avec une hausse de la contravention de 38 euros à 65 euros. Par ailleurs, le préfet de Paris Michel Delpuech sur la sellette depuis décembre a été limogé.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des manifestants lors de la mobilisation des \"gilets jaunes\" sur les Champs-Elysées le 16 mars 2019.
Des manifestants lors de la mobilisation des "gilets jaunes" sur les Champs-Elysées le 16 mars 2019. (ALAIN JOCARD / AFP)