"Gilets jaunes" : le gouvernement a-t-il tout essayé ?

Le chef de l'État s'est rendu au Puy-en-Velay (Haute-Loire), mardi 4 décembre, une commune particulièrement touchée par les violences du week-end dernier.

Danielle Sportiello, sur le plateau de France 3, fait le point sur les mesures annoncées par le Premier ministre, mardi 4 décembre. Le chef de l'État, de son côté, n'a toujours pas parlé. Un silence qui commence à devenir assourdissant. "C'est peut-être une des cartouches que le président se réserve en attendant de voir comment évolue le mouvement des 'gilets jaunes'" analyse Danielle Sportiello. "Il laisse son Premier ministre monter en première ligne et l'heure est au geste d'apaisement", ajoute-t-elle.

Reporter les questions qui fâchent 

"C'est comme un pansement sur une plaie. Cela soulage sur le moment, mais ça ne guérit pas le mal en profondeur. Certains estiment qu'il n'y a rien dans les mesures présentées aujourd'hui, qu'il n'y a rien sur le Smic, sur l'ISF et donc rien pour répondre au sentiment d'injustice des Français devant l'impôt. Mais pour l'exécutif, il s'agit de trouver un répit politique, de reporter à dans six mois et donc, après les élections européennes, les questions qui fâchent", détaille Danielle Sportiello.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le Premier ministre, Edouard Philippe, s\'adresse aux députés à l\'Assemblée nationale, à Paris, le 24 juillet 2018. 
Le Premier ministre, Edouard Philippe, s'adresse aux députés à l'Assemblée nationale, à Paris, le 24 juillet 2018.  (BERTRAND GUAY / AFP)