"Gilets jaunes" : le combat des femmes

Beaucoup de femmes élevant seules leurs enfants sont présentes sur les barrages des "gilets jaunes". Rencontre à Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime). 

Sur un rond-point près de Rouen (Seine-Maritime), une dizaine de femmes se relaie chaque soir, unies par les mêmes revendications. Sabrina Vandeville et Christelle Bouchard sont parmi les plus assidues, elles sont présentes depuis près de trois semaines. Même les interventions de la police ne les découragent pas. À 22 heures, Sabrina Vandeville rentre chez elle. La mère divorcée retrouve un de ses fils, Jordan, qui la voit peu, mais soutient le combat de sa mère. Aide-soignante en maison de retraite, elle gagne 1 500 euros par mois et ne s'autorise aucune dépense superflue. 

Passer Noël en jaune

Avec ses trois enfants et son salaire d'aide à domicile, Christelle Bouchard ne s'en sort pas non plus. "J'ai du mal à dormir c'est pour ça que je suis motivée à aller manifester chaque soir après le travail, malgré la fatigue", témoigne-t-elle. À 9h30 le lendemain matin, Sonia Lemaître, assistante maternelle, prend le relais. Elle est debout depuis le milieu de la nuit, mais, chargée de l'intendance du barrage, elle sera présente jusqu'en début d'après-midi. Aucune de ces femmes n'avait manifesté jusqu'ici, mais toutes se disent déterminées, prêtes à passer Noël en jaune

Le JT
Les autres sujets du JT
Certains \"gilets jaunes\" portaient des équipements pour faire face aux tirs de grenades lacrymogènes.
Certains "gilets jaunes" portaient des équipements pour faire face aux tirs de grenades lacrymogènes. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)