"Gilets jaunes" : la police est-elle trop violente ?

Patrick Bruneteaux, chercheur en sociologie politique au CNRS, était l'invité du Soir 3 mercredi 6 mars.

France 3

L'ONU a demandé mercredi 6 mars une enquête sur l'usage excessif de la force lors des manifestations des "gilets jaunes". "Une première", selon le sociologue Patrick Bruneteaux. "Ce qui est très étonnant, c'est que l'ONU se positionne sur l'État souverain français. C'est déjà une première. (...) C'est bien sur le fond qu'il y ait ce regard extérieur, sur la forme c'est un peu étonnant parce qu'il y a quand même eu beaucoup de rapports depuis plusieurs années", explique en plateau le chercheur au CNRS.

Deux problèmes

Concernant les violences policières, selon Patrick Bruneteaux, le problème vient "des technologies importées depuis Sarkozy". "Ça vient des banlieues. Le flashball, c'est pour réprimer les jeunes de banlieue, c'est importé dans les manifestations.Et là, on voit que ça coince, parce qu'on tape sur du Français, du Français citoyen, la femme de ménage que les journalistes affectionnent dans les écoles, et donc, ça ne passe pas du tout", analyse le sociologue en plateau. Avant d'ajouter que "l'autre problème, c'est le droit. Les choses sont très peu codifiées".

Le JT
Les autres sujets du JT
Des manifestants reçoivent des gaz lacrymogènes, le 2 mars 2019, lors d\'une manifestation à Toulouse. 
Des manifestants reçoivent des gaz lacrymogènes, le 2 mars 2019, lors d'une manifestation à Toulouse.  (PABLO TUPIN / HANS LUCAS / AFP)