"Gilets jaunes" : des policiers jugés pour violences, une première

Un peu plus d'un an après le début du mouvement des "gilets jaunes", des policiers sont jugés jeudi 19 décembre, pour des violences lors d'une manifestation.

FRANCE 3

C'est une première. Deux policiers sont jugés, jeudi 19 décembre, pour des violences commises lors d'une manifestation de "gilets jaunes". Il est reproché à l'un d'avoir jeté un pavé dans la foule et à l'autre d'avoir giflé un "gilet jaune". En un an de mouvement, "on compte un nombre très important de blessés des deux côtés : 2 500 chez les manifestants et 1 800 du côté des forces de l'ordre, précise Nathalie Perez, journaliste à France Télévisions. Ce sont les manifestants qui sont le plus gravement atteints".

330 enquêtes ouvertes par la police des polices

Ils sont victimes d'armes très violentes, comme les lanceurs de balles de défense ou encore les grenades de désencerclement. "Selon le ministère de l'Intérieur, depuis le début du mouvement des 'gilets jaunes', une trentaine de manifestants ont subi de graves mutilations, des blessures irréversibles comme la perte d'un œil ou encore une main arrachée. C’est un constat sans précédent en France", ajoute-t-elle. La police des polices a ouvert 330 enquêtes, suite à des violences commises par des policiers et 213 ont été transmises à la justice. 54 autres ont été classées sans suite et plus d'une centaine sont toujours en cours d'analyse.

Le JT
Les autres sujets du JT
Policiers face à des \"gilets jaunes\" à Marseille, le 19 janvier 2019.
Policiers face à des "gilets jaunes" à Marseille, le 19 janvier 2019. (CHRISTOPHE SIMON / AFP)