VIDEO. "Gilets jaunes" : pourquoi Bordeaux est devenue un fief de la contestation

Depuis le début du mouvement des "gilets jaunes", Bordeaux (Gironde) fait partie des villes qui se mobilisent le plus.

FRANCE 2

Casque d’Astérix sur la tête, la Gironde résiste toujours. Sur le rond-point de Saint-Eulalie au nord de Bordeaux, une solidarité relie salariés, chômeurs, chefs d’entreprise ou retraités. Un homme de 86 ans est même devenu une figure du mouvement. Tous les jours, il est en effet mobilisé et promet même d’être sur un rond-point le 14 juillet. Ses camarades et lui conservent une défiance tenace à l’encontre du gouvernement. Ils partagent également le sentiment d’exister et d’être enfin écoutés sous la bannière des "gilets jaunes".

Les prix de l’immobilier suscitent la colère

Détermination sur les ronds-points, coordination entre groupes de "gilets jaunes", résultat : 4 500 personnes à Bordeaux les 8 et 15 décembre selon la préfecture et 2 500 le 29 décembre. Ces chiffres sont contestés par les manifestants. Ils font dans tous les cas de Bordeaux l’une des villes les plus mobilisées de France, avec des actes de violence à répétition. Les causes de la colère : notamment l’explosion des prix immobiliers.

Des \"gilets jaunes\" manifestent à Bordeaux (Gironde), le 29 décembre 2018. 
Des "gilets jaunes" manifestent à Bordeaux (Gironde), le 29 décembre 2018.  (THIBAUD MORITZ / AFP)