"Gilets jaunes" : beaucoup continuent la bataille, certains arrêtent

Les "gilets jaunes" vont devoir décider s'ils poursuivent leur mouvement après les annonces d'Emmanuel Macron qui ne les ont pas satisfaits. Les Français continuent de les soutenir et les contestataires sont toujours mobilisés mardi 11 décembre.

France 3

Après les annonces d'Emmanuel Macron, ils sont encore plusieurs milliers de "gilets jaunes" mobilisés sur les barrages mardi 11 décembre. "On ne lâchera pas l'affaire", lance un manifestant. En France, la mobilisation reste quasiment stable. Ils sont 10 100 aujourd'hui contre 10 500 lundi et 11 000 mardi 4 décembre. Pour beaucoup, l'intervention du chef de l'État arrive trop tard. "Ça va être de plus en plus violent", prévient un "gilet jaune".

Des sacrifices personnels

Mais tous ne sont pas aussi radicaux. Alexandre Compère, le porte-parole des "gilets jaunes" dans la Drôme, continue à soutenir le mouvement, mais il s'est mis en retrait à cause des violences. "J’ai commencé ce mouvement il y a deux mois, ce n'était pas dans l'idée de finir dans la violence comme cela, devant les enquêteurs ou en prison ou en me faisant taper dessus par les forces de l'ordre", confie-t-il. De plus, se mobiliser dans la durée coûte trop cher et implique trop de sacrifices personnels.

Le JT
Les autres sujets du JT
Manif gilets jaunes à Lille
Manif gilets jaunes à Lille (FRANCOIS LO PRESTI / AFP)