DIRECT. Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner appelle les organisateurs de la Marche pour le climat prévue samedi à Paris à annuler la manifestation

Christophe Castaner était entendu par la commission des Lois de l'Assemblée nationale "sur les émeutes, les agressions contre les forces de sécurité et les actes de vandalisme et de destruction" lors des manifestations des "gilets jaunes".

Ce qu'il faut savoir

Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, et le secrétaire d'Etat Laurent Nuñez étaient auditionnés, lundi 3 décembre, par la commission des lois de l'Assemblée nationale, après les violences à Paris samedi. En vue des nouvelles manifestations prévues samedi, Christophe Castaner a annoncé un "renforcement" du dispositif policier à Paris et une "mobilisation exceptionnelle de nos forces" dans toute la France. Il a aussi appelé les organisateurs de la Marche pour le climat prévue samedi à Paris à annuler la manifestation.

Le collectif "gilets jaunes libres" ne rencontrera pas Edouard Philippe mardi. "Aucun membre des gilets jaunes libres ne se rendra à Matignon demain", a annoncé lundi Benjamin Cauchy, membre occitan de la dizaine de "gilets jaunes" du collectif, qui a lancé, dans une tribune publiée par Le JDDun appel à être les "porte-parole d'une colère constructive". "Nous n’irons pas puisque les ministres ont défini qu’ils ne changeraient pas leur cap", a expliqué Cédric Guémy, porte-parole en Ile-de-France du mouvement des "gilets jaunes libres", lundi sur France Inter. Plusieurs porte-parole des "gilets jaunes" disent avoir reçu des "menaces" sur les réseaux sociaux et sur leurs portables.

L'agenda d'Emmanuel Macron bouleversé. Le chef de l'Etat a reporté de plusieurs semaines sa visite en Serbie prévue mercredi et jeudi, ainsi qu'une rencontre prévue mardi avec des associations d'élus. "Le président a considéré qu'il était prioritaire de se concentrer sur les réponses à apporter à la crise actuelle", a précisé l'Elysée.

Toujours des blocages. Dans la Sarthe, une centaine de "gilets jaunes" bloquent depuis dimanche soir les accès au dépôt pétrolier du Mans. Dans le Finistère et le Morbihan, un grand nombre de stations-service sont en rupture totale ou partielle de carburant, conséquence du blocage des dépôts pétroliers de Lorient et Brest par des indépendants du BTP rejoints par des "gilets jaunes".

Les comparutions immédiates des manifestants interpellés samedi ont lieu au tribunal correctionnel de Paris. Quelque 139 personnes ont déjà été présentées à la justice, tandis que 111 gardes à vue ont été prolongées, selon le parquet de Paris.

 Le gouvernement devant les parlementaires. Des débats auront lieu devant l'Assemblée nationale, mercredi, et devant le Sénat, jeudi, ont annoncé les services du Premier ministre.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #GILETS_JAUNES

23h52 : Envie d'un dernier conseil lecture avant d'éteindre la lumière ? Voici une sélection de nos meilleurs articles du jour :

• Notre présentation du profil des casseurs impliqués dans la manifestation parisienne de samedi

• Notre récapitulatif sur l'affaire du Levothyrox, au cœur d'une action collective examinée à Lyon par la justice

• Notre enquête sur les forages d'hydrocarbures en France, qui se poursuivent malgré la loi Hulot de 2017

23h27 : Sur France 2, le président des Hauts-de-France, Xavier Bertrand, affirme qu'Emmanuel Macron "doit décider dans un premier temps le gel total de toutes les augmentations qui sont décidées au 1er janvier, au 1er février, au 1er mars", citant le carburant mais aussi l'électricité.




23h04 : Le parquet de Marseille communique de premiers résultats de l'autopsie de l'octogénaire morte après avoir été touchée par des éléments d'une grenade lacrymogène. Le "choc facial n'est pas la cause du décès", affirme-t-il, évoquant "un choc opératoire" sur la table d'opération.

22h58 : La préfecture de Haute-Garonne annonce que l'état de santé d'un manifestant blessé, samedi, à Toulouse, s'est "aggravé de façon critique", hier. Il a été atteint par un tir de flash-ball, selon les pompiers. Les médecins l'ont placé dans un coma artificiel, précise France 3 Haute-Garonne.

22h46 : Le "gilet jaune" Benjamin Cauchy a assuré, ce soir, qu'"aucun membre des 'gilets jaunes libres'" ne se rendrait à l'invitation d'Edouard Philippe à Matignon, demain. Vraiment ? "Moi, j'irai seul", nous annonce l'un des membres de ce collectif, David Tan. Il en dit plus à France 3 Pays de la Loire.



(FRANCE 3)

21h50 : Alors que le pays traverse une crise sociale et politique, la radio franceinfo vous ouvre son antenne jusqu'à minuit, dans le cadre d'une émission spéciale animée par Frédéric Carbonne. Soutenez vous le mouvement ? Comment le vivez-vous ? Comment en sortir ? Appelez, témoignez et posez vos questions au 01 56 40 30 00.

21h45 : De son côté, la présidente de la commission des Lois, la députée LREM Yaël Braun-Pivet, évoque une audition "extrêmement réussie". "C'était un très beau moment de démocratie, un moment républicain", estime-t-elle.

21h39 : A la sortie de l'audition de Christophe Castaner à l'Assemblée nationale, qui est désormais terminée, le député de La France insoumise Ugo Bernalicis regrette l'absence de réponse à une question sur d'éventuelles violences policières. "C'est bien la preuve que, ce soir, c'était un plan com' et pas une volonté de répondre aux questions des parlementaires", peste-t-il.

21h35 : "J'invite les organisateurs à ne pas vouloir maintenir cette manifestation", dit Christophe Castaner, interrogé sur le sort de la Marche pour le climat qui doit avoir lieu à Paris, en pleine COP24. Dans le cas contraire, "nous discuterons avec eux pour la sécuriser", dit-il.





21h29 : Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, appelle les organisateurs de la Marche pour le climat prévue samedi à Paris à annuler la manifestation.

21h26 : En vue des nouvelles manifestations prévues samedi, Christophe Castaner annonce un "renforcement" du dispositif policier à Paris et une "mobilisation exceptionnelle de nos forces" dans toute la France.

21h25 : Devant les députés de la commission des Lois, Christophe Castaner se dit prêt à "revoir la doctrine" du maintien de l'ordre public en France, avec des "moyens différents", les règles actuelles n'étant "plus adaptées à la réalité des violences dont on fait l'objet".

21h21 : Interrogé sur les dégradations commises sur l'arc de triomphe, Christophe Castaner rappelle que "deux forces" étaient positionnées sur place avant de devoir se replier. "Je ne reprocherai jamais aux hommes qui ont reculé d'avoir reculé, parce qu'il en était de leur vie", dit-il. Vous pouvez continuer à regarder son intervention ici.

21h16 : La Confédération des petites et moyennes entreprises demande, elle aussi, au gouvernement de revenir sur la hausse prévue de la taxe sur les carburants. Elle estime "bien réel" le "risque de paralysie de l'économie française" et affirme qu'"un quatrième samedi de désordres ne doit pas être une option possible".

21h10 : Les voix se multiplient pour un moratoire sur la hausse des taxes sur les carburants. Après sa rencontre avec Edouard Philippe, le MoDem, allié de l'exécutif, réitère son appel à une telle annonce, au nom de "l'urgence" à faire "des gestes d'apaisement".

21h03 : Le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur, Laurent Nuñez, justifie la présence de forces mobiles, samedi, autour des institutions comme l'Elysée ou l'Assemblée nationale. "A plusieurs reprises, ces forces qui protégeaient ces institutions ont été attaquées pour essayer de pénétrer le dispositif", dit-il, alors que des syndicats policiers réclament que ce rôle revienne à l'armée.

20h55 : Christophe Castaner affirme que, dans le contexte de menace terroriste de ces dernières années, "on a peut-être baissé la garde" sur "les autres formes de renseignement", ce qui peut expliquer la difficulté des services de renseignement aujourd'hui face aux "gilets jaunes".

20h52 : Christophe Castaner affirme que les forces de l'ordre ont "perdu le site" de l'arc de triomphe et l'ont "reconquis six fois", samedi, dans une "logique de combat". Il évoque "entre 3 000 et 5 000 personnes qui étaient dans une logique de casseurs" dans la capitale, avec des tentatives de prise de contrôle par des figures identifiées de l'ultra-gauche et de l'ultra-droite.

21h37 : Interrogé à l'Assemblée nationale, le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, rappelle que son choix de refuser toute manifestation sur les Champs-Elysées était notamment lié à la difficulté de gérer les "24 accès" à l'avenue.

20h23 : "Vous me faites une colle, en effet, je ne connais pas le niveau du smic." Après avoir reconnu, ce matin, sur CNews, son incapacité à donner le montant du salaire minimum, la députée LREM de Paris Elise Fajgeles dit avoir reçu des "menaces de mort".

20h18 : Pendant ce temps, au palais de justice de Paris, les comparutions immédiates de personnes interpellées samedi se poursuivent. Vous pouvez les suivre sur les comptes Twitter de nos journalistes Violaine Jaussent et Elise Lambert.

20h14 : L'audition de Christophe Castaner et Laurent Nuñez à l'Assemblée nationale a débuté. Plusieurs responsables de la police et de la gendarmerie doivent aussi être entendus. Pour suivre cette séance, c'est ici.

20h09 : Le Monde diffuse une interview de Mehdi K., l'homme de 21 ans qui dit avoir été roué de coups par plusieurs policiers. Son témoignage est accompagné d'une vidéo montrant une petite dizaine de représentants des forces de l'ordre frappant un homme seul au sol.




20h14 : Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour "violences par personne dépositaire de l'autorité publique", après qu'un homme a affirmé avoir été passé à tabac par des forces de l'ordre lors de la manifestation de samedi, selon une source judiciaire. L'enquête a été confiée à l'IGPN, la police des polices.

19h56 : La commission des Lois précise que l'audition de ce soir portera sur la gestion des manifestations de ces dernières semaines par les services relevant du ministère de l'Intérieur, ainsi que sur "les dispositifs juridiques et opérationnels qui ont été mobilisés, et les atteintes aux personnes et aux biens qui ont été constatées".

19h52 : L'audition de Christophe Castaner et de Laurent Nuñez sera présidée par la députée LREM Yaël Braun-Pivet, qui est à la tête de la commission des Lois. Cette ancienne avocate, élue des Yvelines, avait dirigé l'éphémère commission d'enquête de l'Assemblée nationale sur l'affaire Benalla, cet été.





(ROMUALD MEIGNEUX / SIPA)

19h48 : @eric : Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, et son secrétaire d'Etat Laurent Nuñez doivent être entendus dans une dizaine de minutes à l'Assemblée nationale. Vous pourrez regarder leur passage devant la commission des Lois sur le canal 27 de la TNT et dans notre direct.

19h47 : Comment suivre les auditions de Mrs Castaner et Nunez ?

19h27 : Edouard Philippe face à une rangée de chaises vides ? Benjamin Cauchy, membre du collectif invité à rencontrer le Premier ministre, annonce qu'"aucun membre des 'gilets jaunes libres' ne se rendra à Matignon demain". Il évoque "des menaces" émanant d'autres "gilets jaunes" et déplore l'absence de signaux du gouvernement sur un possible "changement de cap".

19h20 : Selon le palais présidentiel, "dans le contexte de la mobilisation actuelle et compte tenu des incidents qui ont émaillé les dernières manifestations, le président de la République a décidé d'aménager son agenda et de reporter notamment son voyage officiel en Serbie". Aucune nouvelle date n'a été fixée.

19h19 : L'Elysée confirme le report de la visite d'Emmanuel Macron en Serbie prévue mercredi et jeudi.

18h53 : Le président serbe, Aleksandar Vucic, annonce qu'Emmanuel Macron lui "a demandé à reporter de plusieurs semaines sa visite en Serbie, compte tenu de la situation dans son pays". Cet après-midi, une source élyséenne avait reconnu qu'une annulation de ce déplacement, prévu mercredi et jeudi, était "à l'étude".

18h31 : @anonyme : Je n'ai aucune information sur le sujet. En revanche, l'Elysée fait savoir que le chef de l'Etat a déjeuné avec des CRS et des policiers, aujourd'hui, dans le 20e arrondissement de Paris, "pour leur témoigner son soutien". Le syndicat CRS Unsa-Police s'est félicité de ce "signal fort pour les forces de l'ordre".

18h30 : Bonsoir, A-t-on des nouvelles d'une éventuelle prise de parole du Président de la République ?

18h23 : Originaire d'Auvergne-Rhône-Alpes, Chantal Perrotin explique également sa décision de ne pas se rendre à Matignon par des messages Facebook remettant en cause sa légitimité. "Je ne vois pas comment les gilets jaunes vont pouvoir s'organiser pour mettre une équipe de représentants en place", se désole-t-elle.

18h20 : "J'espère que la rencontre avec le Premier ministre sera juste reportée mais sous l'anonymat et pas sous le feu des projecteurs."


A son tour, Chantal Perrotin nous fait savoir qu'elle ne participera pas à la réunion de demain à Matignon. Elle explique avoir "pleuré" en voyant les violences du week-end et "ne pas avoir envie de mettre Paris à feu et à sang".

18h13 : La réunion à Matignon entre le Premier ministre et des "gilets jaunes", prévue demain, a du plomb dans l'aile. Les désistements s'enchaînent, notamment du fait des menaces reçues par les manifestants invités. On vous en dit plus ici.

17h50 : Le mouvement des "gilets jaunes" coûte-t-il cher à l'économie française ? Le mouvement a déjà un impact "sévère et continu" sur l'activité économique en France, a estimé le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire. Voici six chiffres qui le montrent.

17h33 : Les premières peines sont prononcées au Tribunal de Paris, après les comparutions immédiates de plusieurs "gilets jaunes" qui avaient manifesté à Paris, samedi.

17h29 : Emmanuel Grégoire, premier adjoint de la maire de Paris Anne Hidalgo, s'est prononcé lundi pour "un moratoire sur les manifestations" à Paris en attendant que le climat social se calme, n'excluant pas que la marche pour le climat de samedi soit reportée.

17h22 : A quelques semaines des repas de fêtes, les blocages des transports et des centres commerciaux par le mouvement des "gilets jaunes" pourraient générer plus de 13 milliards d'euros de pertes dans l'agro-alimentaire, selon une estimation de l'Association nationale des industries alimentaires (Ania).

17h48 : Quatorze personnes ont été interpellées dans la journée après une tentative par "des gilets jaunes" de bloquer l'accès du port aux pétroles à Strasbourg. Ces personnes ont été interpellées pour délit d'entrave à la circulation et placées en garde à vue.

17h05 : Emmanuel Macron envisage de reporter son voyage en Serbie. Le programme prévoyait qu'Emmanuel Macron s'envole pour Belgrade à l'issue du Conseil des ministres mercredi et revienne à Paris jeudi. En raison de la crise des "gilets jaunes", l'agenda présidentiel devrait être également bouleversé demain avec la remise en cause d'une réunion avec les associations d'élus.