Agression d'Alain Finkielkraut : "Le gilet jaune est un passeport qui autorise tout et n'importe quoi"

Le président d'honneur de la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme a réagi dimanche, au lendemain de l'agression du philosophe Alain Finkielkraut. 

Alain Jakubowicz, avocat et président d\'honneur de la Licra (Ligue internationale contre le racisme et l\'antisémitisme).
Alain Jakubowicz, avocat et président d'honneur de la Licra (Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme). (JEAN-BAPTISTE QUENTIN / MAXPPP)

Alain Jakubowicz, avocat et président d'honneur de la Licra (Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme), a réagi sur franceinfo dimanche 17 février après les insultes antisémites proférées par des "gilets jaunes" à l'encontre d'Alain Finkielkraut en marge de la manifestation de samedi. Le philosophe a été violemment pris à partie. Les faits ont été filmés et diffusés sur les réseaux sociaux, on entend dans la vidéo des insultes lancées par des manifestants, notamment "sale sioniste de merde" et "dégage".

"Pour moi, cette image est terrible de cet homme seul face à une foule en délire, je l'ai écrit sur Twitter, je le redis, j'avais l'impression de le voir avec une étoile jaune placardée sur la poitrine et lui, la cible des injures, des menaces. Le visage déformé par la haine de ces personnes qui se croient tout permis parce qu'elles ont revêtu un gilet jaune. Aujourd'hui, le gilet jaune est une espèce de passeport qui autorise tout et n'importe quoi", estime Alain Jakubowicz.

C'est glaçant, c'est terrible ! Et ce qui m'a peut-être le plus effrayé, c'est d'entendre ces gens hurler : 'Nous sommes le peuple !' Si c'est ça le peuple de France, j'ai honte du peuple du France !Alain Jakubowiczà franceinfo

Cet acte "n'entache pas l'ensemble du mouvement mais je n'ai entendu personne qui intervenait pour défendre Alain Finkielkraut, je n'ai entendu personne pour dire 'arrêtez ce n'est pas possible, ce n'est pas nous, ce n'est pas les 'gilets jaunes'.'' En revanche, j'ai entendu beaucoup de gens venir dire 'oui mais c'est pas nous, oui mais enfin quand même il faut comprendre parce qu'il y a beaucoup de frustration de la part du peuple'. Mais enfin, c'est terrifiant, on arrive de l'explication à la justification !"

La Licra réclame plus de moyens pour la lutte contre l'antisémitisme

Concernant d'éventuelles condamnations suite à l'ouverture d'une enquête par le parquet de Paris, il pense que "la justice n'est pas la réponse à tout, notre société est gangrenée, elle est malade d'un cancer et les métastases se répartissent dans l'ensemble de la société française. C'est terrible et pour le militant anti-raciste que je suis depuis des décennies, c'est un violent constat d'échec ! Quelle est cette France ? se demande l'avocat. Ce n'est pas la mienne et pourtant c'est celle qui aujourd'hui revendique être le peuple de France !"

Je me demande si dans ce mouvement ce n'est pas une part de vérité de la société française qui est en train de s'exprimer et c'est une part de la société française qui me fait horreurAlain Jakubowiczà franceinfo

Alain Jakubowicz réclame des actes et une réponse politique, notamment dans la lutte contre le racisme et l'antisémitisme. "Il y a eu des plans mais quels moyens a-t-on donné à ces plans ? Chaque fois qu'il se passe des événements, on a les politiques qui viennent, qui font de belles déclarations. Vous prenez tous les ministres de l'Intérieur, ils tiennent tous les mêmes propos et ils sont tous sincères. Ce n'est pas ça le sujet. Le sujet c'est : quand est-ce qu'on va s'attaquer au problème de fond ? (...) C'est un cancer et aujourd'hui il faut mettre la France sous chimiothérapie."