1er-Mai : "gilets jaunes" et syndicats côte à côte

L'un des enjeux du 1er-Mai était la convergence des luttes entre "gilets jaunes" et syndicalistes. 

France 3

Mercredi 1er mai, dans le cortège parisien, des "gilets jaunes" se trouvaient au milieu des syndicalistes. Certains ont même battu le pavé main dans la main. "C'est le symbole de l'unité des travailleurs", confie un syndicaliste. Partout en France, dans les manifestations, les couleurs jaunes et rouges se sont mélangées. À Rouen (Seine-Maritime), un syndicaliste se réjouit de la convergence des luttes. "Il n'y a jamais eu de plus beau 1er-Mai que ceux qui étaient unitaires", témoigne-t-il. Sur le Vieux-Port de Marseille (Bouches-du-Rhône), même situation, les gilets jaunes et les militants s'étaient donné rendez-vous avec pour objectif d'être le plus nombreux possible face à la politique du gouvernement. 

Une alliance qui déplaît à certains 

À Caen (Calvados), là aussi il n'y avait qu'une seule et même manifestation. Mais cette alliance n'a pas plu à tout le monde. "Ça me désespère de voir un 1er-Mai rapté par les gilets jaunes", lance une militante syndicaliste. À Nice (Alpes-Maritimes) également, un seul cortège, mais les "gilets jaunes" ne se sont pas mélangés, ils ont manifesté devant les syndicats. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Des manifestants défilent à Paris, le 1er mai 2019.
Des manifestants défilent à Paris, le 1er mai 2019. (MARTIN BUREAU / AFP)