Cet article date de plus de cinq ans.

Saint-Nazaire : STX veut vendre les chantiers navals d'ici la fin de l'année, deux repreneurs éventuels en lice

Le groupe sud-coréen STX, lourdement endetté, veut vendre le chantier naval de Saint-Nazaire, en Loire-Atlantique, d'ici la fin de l'année. Des discussions sont en cours avec deux repreneurs potentiels, selon France Bleu Loire Océan.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le chaniter STX de Saint-Nazaire en février 2016 (JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)

La décision du groupe sud-coréen de mettre en vente les chantiers de Saint-Nazaire n'est pas une surprise. STX, qui détient actuellement 66% des chantiers navals, est au bord de la liquidation judiciaire, et l'un de ses porte-parole a reconnu jeudi que STX avait "un besoin urgent de liquidités."

L'Etat, actionnaire des chantiers navals de Saint-Nazaire qui détient une minorité de blocage de 33,4%, est au centre des négociations.

STX a besoin d'actionnaires sérieux, robustes, et au service d'un projet industriel

David Samzun

maire PS de Saint-Nazaire

STX cherche à vendre les chantiers de Saint-Nazaire depuis plus de deux ans, sans succès jusque-là. La situation a toutefois évolué positivement depuis 2014. Il y a deux ans, le site était au bord de la fermeture en raison d'un gros creux d'activité. Mais le carnet de commandes s'est bien rempli, avec 14 paquebots à construire et 10 ans de travail assuré devant eux, les chantiers navals de Saint-Nazaire suscitent plus de convoitise.

Négociations entamées pour la reprise au plus haut sommet de l'Etat 

Le nom des deux repreneurs éventuels n'a pas été révélé. "Il y a des hypothèses très sérieuses, mais je ne crois pas qu'on puisse tout dire aujourd'hui, car il s'agit de négociations commerciales menées au sommet de l'Etat", a encore indiqué David Samzun.

Certains acteurs locaux, salariés ou sous-traitants, souhaitent aussi s'impliquer dans le rachat.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Chantiers navals

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.