Chantiers navals STX de Saint-Nazaire : Emmanuel Macron veut revoir l'accord de rachat par l'italien Fincantieri

Le président de la République a rendu visite aux ouvriers de STX, mercredi. Le croisiériste MSC Croisières a confirmé, le même jour, une commande de 4,5 milliards d'euros.

Le président de la République Emmanuel Macron rencontre les ouvriers des chantiers navales de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), le 31 mai 2017.
Le président de la République Emmanuel Macron rencontre les ouvriers des chantiers navales de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), le 31 mai 2017. (JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)

Conclu en avril, l'accord pour la reprise des chantiers navals STX de Saint-Nazaire par le groupe italien Fincantieri est déjà remis en cause. En visite sur place, mercredi 31 mai, Emmanuel Macron a affirmé qu'il voulait que l'accord d'actionnariat, répartissant les parts des différents acteurs dans l'entreprise, "soit revu", afin de "garantir la préservation des emplois" et réduire l'influence de Fincantieri.

Un nouvel accord d'actionnariat doit être négocié "dans les prochaines semaines" par le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, a expliqué le président de la République, qui a assuré qu'il avait "entendu les préoccupations des salariés, des sous-traitants et des élus".

Un premier accord qui inquétait les employés

La répartition à laquelle le gouvernement français avait donné son accord en avril prévoyait que Fincantieri reprenne, dans un premier temps, 48% du capital des chantiers navals, et doive rester minoritaire pendant 8 ans avant, à terme, d'atteindre une part de 66,6%.

Mais il prévoit aussi que l'investisseur italien Fondazione CR (Cassa di Risparmio) Trieste reprenne d'environ 7% du capital, tandis que l'Etat en conserverait un tiers et un droit de veto, et que le constructeur militaire public français DCNS entrerait au capital à hauteur de 12%.

Ce schéma inquiétait les syndicats et les élus locaux, pour qui Fincantieri serait de facto majoritaire en raison de ses liens avec l'autre actionnaire italien et risquait de vouloir privilégier ses propres chantiers italiens.

Macron veut "garantir la pérennité des emplois"

Selon Le Monde, l'Elysée souhaite écarter la fondation italienne, et faire entrer à sa place deux nouveaux actionnaires, MSC et RCCL, les deux compagnies de croisières clientes des chantiers navals Saint-Nazaire qui auraient ensemble environ 10% du capital. Fincantieri, qui reprendrait toujours 48% du capital, serait donc, de fait, privé d'une majorité de contrôle.

Pour expliquer ce souhait de revoir l'accord, Emmanuel Macron a précisé qu'il souhaitait qu'une "nouvelle structure actionnariale permette de (...) garantir la pérennité des emplois, car en aucun cas, en raison de l'actionnariat, ne doit être privilégié un site contre un autre", et de protéger "l'indépendance et la souveraineté stratégique" de la France.

Reste à savoir si Fincantieri accepterait une telle répartition. "Remettre en cause une décision longuement mûrie par le précédent gouvernement, et donner un rôle charnière aux clients, c’est bizarre, non ?", a réagi un proche du groupe italien, mercredi, cité par Le Monde.

A l'occasion de la visite d'Emmanuel Macron, mercredi, le président de MSC Croisières, l'un des deux clients que l'Elysée voudrait voir entrer au capital selon Le Monde, a confirmé la signature d'une lettre d'intention pour la commande aux chantiers navals de quatre paquebots pour un montant total de 4,5 milliards d'euros, une commande annoncée l'an dernier.