Cet article date de plus de quatre ans.

Chantiers navals de Saint-Nazaire : "L'objectif du gouvernement n'est pas de devenir actionnaire majoritaire"

Le secrétaire d'Etat à l'Industrie et le ministère de l'Economie ont coupé court aux rumeurs qui annonçaient que l'Etat devienne actionnaire majoritaire des chantiers STX de Saint-Nazaire. "L'Etat assumera ses responsabilités" a précisé Christophe Sirugue.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les chantiers navals de Saint-Nazaire le 2 septembre 2016 (LOIC VENANCE / AFP)

Les chantiers navals de Saint-Nazaire, rachetés par le groupe coréen STX en 2008, ont été placés en redressement judiciaire début septembre. Mais le ministère de l'Economie et le secrétaire d'Etat à l'Industrie ont coupé court aux rumeurs selon lesquelles l'Etat souhaiterait devenir leur actionnaire majoritaire.

"L’objectif du gouvernement n’est pas de devenir actionnaire majoritaire de la société STX France, mais il est de peser dans le choix du repreneur pour que les chantiers de Saint-Nazaire puissent disposer d’un actionnariat industriel solide capable d’accompagner leur développement sur le long terme", écrit ce lundi Bercy dans un communiqué.

Le ministère rappelle que l'Etat dispose, quoi qu'il arrive, "du levier de sa minorité de blocage dans le capital de STX France" et qu'il "reste très mobilisé dans le suivi de ce dossier."

"Privilégier un investisseur industriel"

De son côté, le secrétaire d'Etat à l'Industrie, Christophe Sirugue, a ajouté lundi 10 octobre sur franceinfo que "l'Etat assumera ses responsabilités. Nous ne sommes pas encore dans une décision qui consisterait à dire qu'il faut absolument monter au capital. Ce n'est pas en tout cas l'option sur laquelle on est. On est plutôt sur une option qui consiste à privilégier un investisseur industriel", a expliqué Christophe Sirugue. "Même si on ne s'interdit rien le cas échéant", a-t-il ajouté.

Christophe Sirugue, secrétaire d'Etat à l'Industrie : "On est plutôt sur une option qui consiste à privilégier un investisseur industriel"
--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.