Autoroute A69 : le gouvernement conduira le projet "jusqu'à son terme", le chantier se poursuit dès ce lundi

Le projet d'autoroute reliant Castres à Toulouse et long de 53 km a fait l'objet d'une réunion entre les élus des territoires concernés, les associations environnementales et l'État, vendredi 13 octobre.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le travaux de terrassement du chantier de l'A69, à Soual (Tarn), le 11 octobre 2023. (JC MILHET / HANS LUCAS / AFP)

Le gouvernement conduira le projet de l'autoroute A69, reliant Castres à Toulouse, "jusqu'à son terme", a appris franceinfo, lundi 16 octobre, auprès du cabinet du ministre des Transports. Clément Beaune fait le constat qu'une "très large majorité" des élus du territoire ont réaffirmé, vendredi 13 octobre, leur soutien au projet, lors de la réunion organisée par les services de l'État où étaient présents tous les élus concernés par le tracé, ainsi que les associations environnementales et les représentants du monde économique.

>> Crise climatique : entre Toulouse et Castres, la lutte s'organise contre l'autoroute A69, jugée "anachronique"

Le cabinet du ministre assure que l'État est "déterminé à faire aboutir" le projet. Le ministère met en avant un projet répondant à l'attente locale qui a bénéficié d'une concertation "approfondie" et pour lequel "toutes les options" ont été étudiées. Il rappelle également que tous les contentieux ont été écartés par la justice, comme récemment une demande de suspension des travaux. "Tous les recours suspensifs ont été rejetés."

Le chantier de l'autoroute A69 va se poursuivre dès ce lundi 16 octobre. Clément Beaune appelle chacun "à la responsabilité" dans les actions qui pourraient être menées à titre individuel ou collectif, et prône "le respect des décisions démocratiques et juridiques". Le ministère ne tolèrera "aucune violence, aucune incitation à la violence". Mardi 10 octobre, le militant écologiste Thomas Brail et deux autres opposants à l'autoroute A69 avaient suspendu leur grève de la faim et de la soif après l'annonce de la réunion organisée par le préfet d'Occitanie et le préfet du Tarn, avec des élus du territoire et des représentants des associations concernées par le projet.

Déclaré d'utilité publique en 2018, le projet a fait l'objet de plus de 500 réunions publiques. Les associations opposées cette portion d'autoroute de 53 km ont appelé, vendredi, à une mobilisation les 21 et 22 octobre sur le tracé, a indiqué France Bleu Occitanie.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.