Pour lutter contre l'épidémie de Covid-19, le maire de Nice interdit les locations saisonnières durant au moins 15 jours

L'arrêté reconductible publié par Chirstian Estrosi suspend les locations d'appartements à des touristes de passage du 6 au 20 février. Les hôtels, eux, restent ouverts. Particuliers et professionnels dénoncent une mesure discriminatoire.

Article rédigé par
Boris Loumagne - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Illustration d'un logement niçois en location sur le site Airbnb. (JEAN FRAN?OIS OTTONELLO / MAXPPP)

Christian Estrosi dit vouloir éviter "une aggravation de la situation" épidémique dans sa ville de Nice où le taux d'incidence du Covid-19 y est deux fois plus élevé que la moyenne nationale. Voilà pourquoi le maire a pris un arrêté (reconductible) interdisant, du 6 au 20 février, les locations saisonnières. En clair : impossible de louer un appartement à des touristes de passage, et ce pendant les deux premières semaines de vacances. Une décision qui provoque la colère et l'incompréhension des professionnels mais aussi des particuliers qui louent leur bien.

"Nous perdons tous nos repères et nos espoirs"

Les chambres d'hôtes de Nathalie seront vides pendant les vacances de février. Cette Niçoise a été obligée de refuser des clients à cause de l'arrêté du maire de Nice. "Visiblement il s'attaque aux locations saisonnières qui paradoxalement offrent des cuisines, offrent donc la possibilité aux gens de s'alimenter alors que les restaurants sont fermés, pointe Nathalie. Ce qui n'est pas le cas de beaucoup d'hôtels et les hôtels ne sont pas victimes de cet arrêté."

Hôtels, camping, résidences de vacances vont en effet pouvoir accueillir des touristes. Seuls sont visés les appartements. C'est donc une mesure discriminatoire selon l'Union des professionnels de la location touristique à Nice. L'association a déposé un référé liberté pour faire annuler cet arrêté qui pénalise aussi les professionnels, comme Frédéric Sédita Airès, patron de l'agence Booking Guys à Nice, spécialisée dans la location d'appartements touristiques :"C'est un véritable coup de massue parce que nous sommes vraiment très en difficulté."

"Cela fait quasiment un an que nous ne pouvons pas travailler correctement et maintenant nous perdons tous nos repères et nos espoirs de redémarrer la saison donc aujourd'hui, l'état d'esprit est assez morose.

Frédéric Sédita Airès

à franceinfo

Au total, 10 000 logements en location saisonnière vont rester vacants à Nice ces deux prochaines semaines.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.