Marseille : "Nos Calanques ne pourront pas supporter longtemps une telle surfréquentation", alerte le président du Parc national des Calanques

Didier Réault approuve la volonté de la mairie de limiter le tourisme dans la ville cet été. Il s'inquiète de l'impact négatif du "comportement urbain" des visiteurs sur la biodiversité.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Les Calanques de Marseille surpeuplées, en juillet 2020. La mairie et le parc national souhaitent limiter la fréquentation du site pour la saison estival 2021. (BORIS LOUMAGNE / FRANCE-INFO)

La mairie de Marseille a annoncé mercredi 21 avril vouloir réduire la promotion du tourisme dans la ville pour limiter l'afflux de visiteurs en pleine épidémie de Covid-19. Une décision saluée par Didier Réault, le président du Parc national des Calanques, vice-président de la métropole d'Aix-Marseille-Provence : "Nos calanques ne pourront pas supporter longtemps une telle surfréquentation". Entre juillet et août 2020, plus de deux millions de touristes ont fréquenté la cité phocéenne.

Des jauges de fréquentation des Calanques

"Les visiteurs se concentrent sur une petite dizaine de lieux qui sont des ressources de biodiversité, la surfréquentation ne sied pas à la bonne quiétude de cette nature", explique Didier Réault, soulignant qu'il s'agit parfois "d'un public qui n'est pas forcément habitué à la nature" et qui "importe son comportement urbain en s'approchant le plus possible avec la voiture, en emmenant son enceinte connectée, en mettant des déchets partout".

Le président du Parc national des Calanques s'inquiète de la destruction d'espèces faunistiques qui sont emblématiques des calanques, je pense notamment à l'astragale". Il rappelle que le "coeur de métier" du parc est la préservation de la biodiversité. Si ces efforts pour préserver les ressources naturelles, en lien avec la municipalité de Marseille, ne se révélaient pas suffisantes, Didier Réault envisage "de pouvoir mettre des jauges sur certains endroits en fonction des périodes de l'année, mais aussi de la journée".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.