Corse : bientôt un quota de fréquentation sur les îles Lavezzi pour favoriser le tourisme durable

Publié Mis à jour
Corse : bientôt un quota de fréquentation sur les îles Lavezzi pour favoriser le tourisme durable
FRANCE 2
Article rédigé par
A.Richier, V.Llado, H.Ayroulet - France 2
France Télévisions

Un joyau corse est menacé par le tourisme de masse : l'archipel des îles Lavezzi, qui accueille chaque été près de 300 000 visiteurs. Dans les années 70, ils étaient seulement quelques centaines. La surfréquentation a conduit les autorités locales à instaurer des quotas.

Les Lavezzi (Corse-du-Sud) forment un archipel paradisiaque, au sud de la Corse : 23 îles de granit poli, une réserve naturelle qui abrite oiseaux et plantes protégées, ainsi que de sublimes plages. La baignade rime ici avec oblade, un poisson typique de Méditerranée, désormais habitué aux touristes. Cette cohabitation entre l'homme et la nature, le comité de la réserve naturelle compte bien la réglementer. Alors qu'au plus fort de l'été 2019, les 9 000 mètres carrés de plage ont accueilli jusqu'à 4 500 visiteurs en même temps, un quota vient d'être fixé.

Moins de touristes, plus de Corses ?

À partir de l'été 2023, il ne pourra plus y avoir plus de 2 000 personnes simultanément sur l'archipel. "On essayera de l'appliquer avec des arrêtés, avec des systèmes techniques type QR code, bracelet", explique Jean-Michel Culioli, responsable de la réserve naturelle des Bouches de Bonifacio (Corse-du-Sud). Ce retour au tourisme durable est plutôt bien accueilli par les vacanciers. "Il le faut. Ce sont des espaces, on a de la chance d'encore les avoir", confie une vacancière.

Le maire (LREM) de Bonifacio, Jean-Charles Orsucci, propriétaire des îles Lavezzi, est également favorable à une limitation des départs en bateau vers les îles, tout en proposant un accès gratuit et illimité pour les Corses. En attendant la mise en place du quota, les passagers qui embarquent sont sensibilisés dès leur arrivée. Les consignes ne sont, hélas, pas toujours respectées. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.