Justice : les réquisitions du procès France Telecom

En direct du tribunal de Paris, la journaliste Sophie Neumayer revient sur le procès de France Telecom vendredi 5 juillet dans l'après-midi.

FRANCE 3

Le procès de France Telecom arrive dans sa deuxième phase après deux mois de débats autour de la souffrance au travail, une première pour une entreprise du CAC 40. "Depuis deux mois le tribunal est plongé dans les années noires de la société France Telecom, devenue Orange en 2013", pointe la journaliste Sophie Neumayer, en direct du tribunal de Paris. "Le procès est marqué par des moments de souffrance et par des moments très forts, notamment lorsqu’a été lue la lettre écrite par un salarié juste avant de se jeter du septième étage", poursuit-elle.

"La mort de mon père c'est la réussite de leur objectif"

"La fille d'un autre employé, qui lui s'est immolé par le feu sur le parking de la société a déclaré : 'la mort de mon père c'est la réussite de leur objectif'. Pour les parties civiles, il s'agit d'un immense accident du travail organisé par l'employeur, ce qu'a démenti tout au long du procès l'ancien PDG de France Telecom Didier Lombard qui ne croit pas au malaise généralisé de l'entreprise. Le secrétaire général d'Orange, lui, a admis que la société n'a pas su accompagner les plus fragiles". Le parquet doit rendre son réquisitoire vendredi 5 juillet dans l'après-midi. "Les prévenus risquent jusqu'à un an de prison et 15 000 euros d'amende pour 'harcèlement moral'".

Le JT
Les autres sujets du JT
Didier Lombard, l\'ancien PDG de France Télécom, arrive au palais de justice de Paris, le 6 mai 2019.
Didier Lombard, l'ancien PDG de France Télécom, arrive au palais de justice de Paris, le 6 mai 2019. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)