Numéros d'urgence : une panne historique durant la soirée du mercredi 2 juin

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Numéros d'urgence : une panne historique durant la soirée du mercredi 2 juin
france 2
Article rédigé par
D.Schlienger, C.Wormer, S.Thomas, M.Septembre, B.Thomas, M.Beaudouin, A.Lépinay, S.Agrabi, A.Dupont, P.Miette - France 2
France Télévisions

Une panne de logiciel de l'opérateur Orange a neutralisé les appels d'urgence un peu partout en France, dans la soirée du mercredi 2 juin. Elle a eu des conséquences graves, puisque au moins un décès pourrait être lié à l'impossibilité de joindre le Samu ou les pompiers. 

Une panne historique a perturbé tout le système d'urgence en France. En retardant les services de secours, elle a pu entraîner plusieurs décès. "Nous évoquons trois à quatre décès enregistrés sur le territoire national à l'heure à laquelle nous parlons", a déclaré jeudi 3 le ministre de la Santé, Olivier Véran. Les premières défaillances débutent mercredi 2 juin à 16h30. "D'un seul coup, l'activité baisse, commente Patrick Goldstein, chef du pôle urgence et du Samu du Nord au CHU de Lille (Nord). Et elle ne baisse pas une minute, elle baisse de manière prolongée." 

Une panne chez Orange

L'inquiétude monte ensuite progressivement, dans tous les départements. "Marseille (Bouches du Rhône), il y a un problème. En Corse, il y a un problème. C'est là qu'on a compris qu'on était non plus dans une panne, mais dans une crise", raconte le professeur Pierre Carlo, directeur général du Samu de Paris, au ministre de la Santé. L'information se répand : c'est une panne, chez l'opérateur Orange, qui bloque 20% des appels aux numéros d'urgence, parfois plus dans certaines régions. Des milliers de personnes appellent en vain le 15, le 17 ou le 18. À 18h47, une cellule de crise interministérielle est ouverte. À partir de 19h, des numéros à dix chiffres sont diffusés sur les réseaux sociaux. La situation n'a commencé à se rétablir qu'aux alentours de minuit. Stéphane Richard, PDG d'Orange convoqué au ministère de l'Intérieur le jeudi 3 juin, a évoqué une défaillance "technique, rare et imprévisible". 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.