Cet article date de plus de cinq ans.

Emploi : sursis pour GM&S

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
Emploi : sursis pour GM&S
France 3
Article rédigé par
France Télévisions

Les constructeurs automobiles Renault et PSA ont augmenté leurs commandes auprès de l’usine GM&S de La Souterraine (Creuse), bloquée par ses 279 salariés depuis près de deux semaines. Ces salariés craignent la liquidation judiciaire. Comment réagissent-ils ce lundi 22 mai ?

Première victoire pour le gouvernement ou poudre aux yeux ? Les réactions des salariés de GM&S ce lundi 22 mai au matin sont mitigées. "Les annonces vont dans le bon sens mais ce n’est pas suffisant. Il manque encore du chiffre d’affaires… Quelles sont les solutions pour les salariés qui vont être licenciés ?", a interrogé Vincent Labrousse, délégué CGT. Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a obtenu un engagement des constructeurs automobiles pour sauver le sous-traitant GM&S à La Souterraine dans la Creuse. Renault s’engage à doubler ses commandes. Elles passeraient cette année de 5 à 10 millions d’euros. Celles de Peugeot, de 10 à 12 millions.

Des commandes insuffisantes

Mais Bercy demande une contrepartie. "Du côté de l’entreprise, les choses sont très claires. Je les ai dites aux syndicats. Il faudra faire des efforts en terme de compétitivité de l’entreprise", a déclaré Bruno Le Maire. Mais selon les syndicats, ces nouvelles commandes ne permettraient que de sauver une centaine d’emplois sur les 277. Le tribunal de commerce de Poitiers (Vienne) doit dire demain si l’entreprise est liquidée ou s’il accorde un délai supplémentaire. En attendant, les salariés poursuivent le blocage de l’usine. Ils disent l’avoir piégée avec des bonbonnes de gaz et menacent de la faire sauter.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.