Harcèlement sexuel à l'Unef : "Il y avait un contrôle à la fois sexuel et politique"

Une jeune femme a raconté à franceinfo le harcèlement sexuel qu'elle a subit au sein du syndicat étudiant Unef, entre 2007 et 2013. 

Réunion d\'information contre la Loi El Khomry le 9 mars 2016 à l\'université Paris 8, à Saint-Denis. 
Réunion d'information contre la Loi El Khomry le 9 mars 2016 à l'université Paris 8, à Saint-Denis.  (MAXPPP)

"Il y avait un contrôle à la fois sexuel et politique", a déclaré sur franceinfo une jeune femme qui a accepté de témoigner sur des cas de harcèlement sexuel au sein du syndicat étudiant Unef. Sur leurs murs Facebook, deux jeunes femmes soutenues par d'autres anciennes camarades de ce syndicat racontent des faits de harcèlement et d'agressions sexuelles entre 2007 et 2013.

Culture de la "castorisation"

Toutes deux précisent qu'une prise de conscience et de vrais changements sont intervenus à partir de 2014 au sein de l'organisation, mais qu'auparavant, le silence a longtemps été de mise. Cette culture interne portait même un nom : "la castorisation". Elle en donne la définition : "C'est construire l'organisation avec sa queue. On couche avec des filles pour les emmener dans l'organisation", a-t-elle expliqué. "C'est révélateur de la manière dont on considère les femmes" et c'est ce "contrôle" et cette notion de "doute" qui "complique la parole". Elle a assuré qu'"il y a eu des plaintes à l'Unef" . Elle affirme aussi que "des victimes ont été dissuadées de porter plainte".

"La castorisation, on m'en a parlé assez vite quand je suis arrivée", témoigne une militante Unef
--'--
--'--