Cet article date de plus de cinq ans.

Qu'est-ce que les "French Days", ces cinq jours de promotions lancés par des sites de commerce en ligne ?

Organisés du 27 avril au 1er mai, ils se veulent la réponse française au "Black Friday", tradition américaine de plus en plus populaire dans l'Hexagone.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Une publicité annonçant les "French Days", une manifestation commerciale, sur un site de vente en ligne, le 27 avril 2018. (DARTY.COM)

Si vous avez à peine eu le temps de comprendre ce qu'est le "Black Friday", accrochez-vous, car ils ont déjà leur concurrent français : les "French Days". Ces cinq jours de promotions s'ouvrent, vendredi 27 avril, et dureront jusqu'au 1er mai. Il ne s'agit pas de mettre en valeur les produits français : ce sont simplement six sites hexagonaux de e-commerce qui ont lancé cette initiative. Franceinfo vous explique en quoi elle consiste.

Des promotions jusqu'à 70%

Les "French Days" reprennent le principe très simple du "Black Friday" : des prix très réduits pour un nombre de jours plus limité que les soldes. Vendredi, certains des sites participants promettaient des rabais atteignant 70% sur certains produits. Autre principe calqué sur le "Black Friday" : certaines offres ne sont disponibles que pendant quelques heures, ou jusqu'à l'épuisement des stocks, et non sur toute la durée des cinq jours.

Des sites français (mais pas seulement)

Au départ, les "French Days" ont été lancés par six importants sites de commerce en ligne français – Boulanger.com, Cdiscount.com, Fnac.com et Darty.com, La Redoute.fr, Rueducommerce.fr et Showroomprivé.com –, sans doute inspirés par la secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie, Delphine Gény-Stephann, qui avait lancé en janvier l'idée d'une nouvelle opération commerciale au printemps.

Mais eux-mêmes invitent "tous les commerçants exerçant en France" à y participer. Selon Emmanuel Grenier, PDG de Cdiscount, plus de 50 enseignes se sont ralliées à l'événement, y compris dans la grande distribution. "Un vrai succès", estime-t-il, "surtout que l'idée est très récente puisqu'elle a été lancée il y a un mois et demi". Et il n'y a pas que les enseignes françaises qui jouent le jeu : Amazon a notamment emboîté le pas à ses rivaux hexagonaux.

Un moyen de surfer sur le "Black Friday"

Leurs créateurs ne s'en cachent pas : les "French Days" sont une réponse au "Black Friday", réellement arrivé en France depuis 2014 mais organisé depuis longtemps aux Etats-Unis autour du vendredi qui suit Thanksgiving, en novembre. L'événement a vocation à être reproduit chaque année. "L'idée est d'avoir une symétrie au printemps", explique le patron de Cdiscount, d'autant que la date tombe en plein milieu d'une période habituellement "creuse sur le plan commercial", les mois de mars, avril et mai.

Il faut dire que le "Black Friday" s'est bien installé en France. Cdiscount explique par exemple avoir "battu tous les records" lors de la dernière édition en novembre dernier, avec "plus de 40 millions d'euros de chiffre d'affaires en une seule journée". Selon la Fédération des sites de e-commerce français, le chiffre d'affaires global du commerce en ligne avait bondi de 69% sur ces quatre jours de novembre 2017.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.