Cet article date de plus d'un an.

Santé : des nanoparticules retrouvées dans 20 produits du quotidien selon une étude de l'association Avicenn

Des substances microscopiques, dont certaines sont dangereuses pour la santé, ont été retrouvées dans des cosmétiques, des sous-vêtements ou encore des masques FFP2.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Un rayon cosmétique dans un supermarché (photo d'illustration). (CAROLINE BLUMBERG / MAXPPP)

"Nous n’aurions pas parié sur une si forte proportion", écrit l'association Avicenn dans une enquête publiée jeudi 15 décembre sur la présence de nanoparticules dans les produits de grande consommation. Sur 23 produits testés, 20 contiennent ces substances microscopiques dont certaines sont interdites car dangereuses pour la santé. "Tous les produits ont été testés par le Laboratoire national de métrologie et d’essais (LNE), un acteur référent dans l’expertise de la mesure", précise le rapport, à l'aide d'un "microscope électronique à balayage (...) grâce auquel ils ont pu obtenir des images permettant d’identifier la forme et la taille des nanos".

>> Santé : des nanoplastiques détectés pour la première fois dans le sang d'êtres humains

Les tests ont par exemple permis de détecter du dioxyde de titane dans une poudre pour le visage de l'Oréal et dans un caleçon Uniqlo. On retrouve aussi des nanoparticules d'argent dans une brosse à dents Signal pour enfants, dans une culotte menstruelle Nana ou encore de la silice dans une soupe en poudre Knorr ou encore dans le masque FFP2 de la marque Next BW.

Pas de risque à court terme

Les nanoparticules sont utilisées dans l'industrie alimentaire pour améliorer l'aspect d'un produit, sa couleur ou sa texture. Des études ont cependant montré des effets cancérigènes de certaines nanoparticules ou un impact sur la fertilité et le système nerveux. "Il n'y a pas de risque aigu en cas de consommation d'un ou plusieurs produits de la liste à court terme", précise Mathilde Detcheverry de l'association Avicenn. "Ce qui est en revanche pointé par de nombreuses publications scientifiques, ce sont les effets d'une exposition chronique et cumulée. Là ce qui nous frappe, c'est la diversité des produits dans lesquelles elles se trouvent."

Si "certains produits contiennent un nombre considérable de nanos", comme "la poudre illuminatrice de L'Oréal", Avicenn nuance dans ses conclusions la dangerosité de la présence de ces substances : "dans certains produits, les nanos ont été détectés en proportion bien plus faible. C’est le cas de la peinture dépolluante ou de la lingette-buvard sous l’escalope de poulet par exemple".
Dans son étude, l'association estime que les résultats "révèlent surtout l'ampleur du phénomène, qui montre l'impérieuse nécessité de renforcer les rappels de la loi, les contrôles et les sanctions par les autorités". Avicenn appelle ainsi à étendre "l'obligation d'étiquetage [nano] aux catégories de produits qui ne sont malheureusement toujours pas concernées à ce jour".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.