VIDEO. Retraites : la difficile mise en œuvre du compte pénibilité

Cette mission a été confiée à Michel de Virville, conseiller-maître à la Cour des comptes, afin notamment de fixer les seuils de pénibilité à partir des dix facteurs déjà inscrits dans le code du Travail.

Sophie Watine - France 2

Mesure emblématique de la réforme des retraites, le compte pénibilité s'annonce difficile à mettre en œuvre. Ce compte est destiné aux salariés du secteur privé exposés à des situations pénibles ou à des produits dangereux. Il leur permettra de cumuler des points afin de se reconvertir, de travailler à temps partiel ou de partir plus tôt à la retraite. Le dispositif pourrait concerner un travailleur sur cinq, selon le gouvernement.

Une mesure financée par les entreprises

Le patronat comme les syndicats ont reçu, jeudi 27 mars, une ébauche du futur dispositif, mais ils redoutent "une usine à gaz", selon les termes de la CGT. Le principe est inscrit dans la loi de janvier 2014, mais il reste à le mettre en musique. Cette mission a été confiée à Michel de Virville, conseiller-maître à la Cour des comptes, afin notamment de fixer les seuils de pénibilité à partir des dix facteurs déjà inscrits dans le Code du travail (exposition au bruit ou à des températures extrêmes, travail de nuit, postures pénibles, travail répétitif, etc.).

Ce sont les entreprises qui vont financer la mesure, par une cotisation des employeurs du secteur privé plus une cotisation due par les employeurs dont au moins un salarié est exposé à la pénibilité. Le coût du dispositif est estimé à 500 millions d'euros en 2020, 2,5 milliards d'euros en 2040. Explications de France 2.

Le dispositif concerne les salariés du secteur privé exposés à des situations pénibles ou des produits dangereux.
Le dispositif concerne les salariés du secteur privé exposés à des situations pénibles ou des produits dangereux. ( FRANCE 2 / FTVI)