Cet article date de plus d'un an.

Vidéo Réforme des retraites : "Le financement n'est pas abordé", "c'est un scandale démocratique et une aberration économique", dénonce Éric Ciotti

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Éric Ciotti, député Les Républicains des Alpes-Maritimes, est très critique sur la réforme des retraites, qui doit être examinée par les députés à partir du 17 février.

"Le financement des régimes de retraite n'est même pas abordé dans cette réforme lorsqu'elle vient devant le Parlement. Ce qui est à la fois un scandale démocratique et une aberration économique", a déclaré Éric Ciotti, député Les Républicains des Alpes-Maritimes, jeudi 13 février sur franceinfo à propos de la réforme des retraites qui doit être examinée par les députés à partir du 17 février.

"Il faut garantir le niveau de pensions"

Pour Éric Ciotti, il n'y a pas d'autres solutions que d'augmenter le temps de travail pour assurer le financement des retraites : "C'est ce que tous les pays au monde ont fait. Moi, je ne veux pas demain que les pensions baissent. Il faut garantir le niveau de pensions et aujourd'hui, ce n'est pas ça qu'il y a dans la réforme", a-t-il assuré.

Il faut garantir à des retraités, des gens qui travaillent aujourd'hui, qu'ils auront une retraite demain. C'est ce que se pose chaque Français. Est-ce qu'ils auront toujours une retraite ? Il n'y a pas de certitude.

Eric Ciotti

à franceinfo

Autre incertitude, selon lui, la valeur du point d'indice : "Il y a aujourd'hui ce débat, cette espèce de flou sur quoi est indexée la valeur du point. On nous a dit le point ne bougera pas. Il ne baissera pas. Il sera indexé sur les salaires. Et patatras, on invente un indice qui n'existe pas", a-t-il affirmé. Le gouvernement n'a pas, jusqu'à maintenant, défini la valeur du point d'indice. Selon l'article 9 du projet de loi, qui sera débattu à l'Assemblée nationale dans les prochains jours, celle-ci sera indexée "sur le revenu moyen par tête", mais cet indice n'existe pas encore.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.