Cet article date de plus d'un an.

Retraites : "Pour arriver à un compromis, il faut que les syndicats réformistes acceptent qu'il faille travailler plus longtemps", selon le Medef

Le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, affirme n'avoir accepté de participer à la conférence sur le financement que "par esprit républicain".

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Geoffroy Roux de Bézieux était l'invité de franceinfo vendredi 22 novembre.  (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Pour le président du Medef, "la balle" est désormais "dans le camp" de la CFDT. "Pour arriver à un compromis" sur la réforme des retraites, "il faut que les syndicats réformistes acceptent qu'il faille travailler plus longtemps", a estimé Geoffroy Roux de Bézieux lundi 13 janvier sur franceinfo. 

C'est Laurent Berger qui a demandé cette réforme à points, c'est la CFDT qui demande le régime à points, c'est la CFDT qui demande une conférence de financement, donc la balle est dans son camp.

Geoffroy Roux de Bézieux, le président du Medef

à franceinfo

Une conférence de financement doit se mettre en place fin janvier pour trouver un accord d'ici fin avril sur l'équilibre financier du système. "On n'avait aucun intérêt à aller à cette conférence de financement, la loi telle qu'elle était prête nous convenait", a souligné Geoffroy Roux de Bézieux. "On l'a fait par esprit républicain. On y va parce que le pays est dans l'état que vous connaissez, parce que ça fait 40 jours de grève, parce qu'il faut en sortir. Mais pour arriver à un compromis, il faut que les syndicats réformistes acceptent qu'il faille travailler plus longtemps", a expliqué le patron du Medef.

"En Allemagne, patronat et syndicats discutent de passer l'âge légal à 67 ans"

"Je suis le porteur de mauvaises nouvelles, mais je crois qu'il ne faut pas mentir : tous les pays comparables travaillent plus longtemps. En Allemagne, patronat et syndicats discutent en ce moment de passer l'âge légal de 65 à 67 ans", a assuré Geoffroy Roux de Bézieux. "Tous les pays comparables en Europe ont un âge de la retraite qui a augmenté, parce que la démographie fait que dans des retraites par répartition, on n'a pas le choix", a-t-il ajouté.

Le président du Medef a par ailleurs appelé les syndicats à être "cohérents". "Je dis aux syndicats qui demandaient que l'âge pivot soit suspendu pour négocier" de "prendre leurs responsabilités, notamment dans les transports", a-t-il déclaré. Le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé samedi le retrait provisoire de l'âge pivot fixé à 64 ans.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.